LBD : le cri d'alarme des ophtalmologistes

Le rapport annuel du défenseur des droits Jacques Toubon a été publié mardi 12 mars. Il pointe un renforcement de la répression en France et s'inquiète de l'utilisation des LBD dans les manifestations. Il est suivi par de nombreux ophtalmologues.

FRANCE 3

Les images de manifestants touchées par des tirs de LBD, des lanceurs de balles de défense, ont fait le tour du monde, notamment celles qui montrent le "gilet jaune" Jérôme Rodrigues, le 26 janvier dernier, à terre.

Un moratoire exigé par les professionnels de santé

Des dizaines de victimes ont maintenant des blessures irréversibles. Ainsi, plusieurs ophtalmologistes se mobilisent. "On a dû enlever l'oeil pour une majorité de blessés, qui ont maintenant des prothèses", dénonce le docteur Max Villan, ophtalmologue au CHU de Montpellier.

D'autres professionnels de santé ont envoyé une lettre au président de la République. Ils exigent un moratoire sur l'utilisation des LBD. "Si ce type d'engin a des conséquences telles, on ne peut pas ne pas réfléchir à son utilisation et à la manière de s'en servir", estime le docteur Bernard Delbosc, chef du service ophtalmologie du CHRU de Besançon.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un policier équipé d\'un lanceur de balles de défense en marge d\'une manifestation des \"gilets jaunes\" à Bordeaux, le 2 mars 2019.
Un policier équipé d'un lanceur de balles de défense en marge d'une manifestation des "gilets jaunes" à Bordeaux, le 2 mars 2019. (MEHDI FEDOUACH / AFP)