Le vice-Premier ministre italien rencontre des "gilets jaunes" en France, Paris dénonce une "nouvelle provocation"

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a réagi à la rencontre entre le vice-Premier ministre italien et des "gilets jaunes", mardi à Montargis (Loiret).

Le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio (portant une cravate rouge) lors de sa rencontre avec des \"gilets jaunes\", mardi 5 février 2019, à Montargis (Loiret).
Le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio (portant une cravate rouge) lors de sa rencontre avec des "gilets jaunes", mardi 5 février 2019, à Montargis (Loiret). (LUIGI DI MAIO / INSTAGRAM)

Le gouvernement français n'a pas apprécié. La rencontre de Luigi Di Maio, vice-Premier ministre italien et chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), avec des "gilets jaunes" en France est "une nouvelle provocation" inacceptable, a réagi mercredi 6 février le ministère français des Affaires étrangères. "Cette nouvelle provocation n'est pas acceptable entre pays voisins et partenaires au sein de l'Union européenne", a commenté un porte-parole du Quai d'Orsay lors d'un point presse électronique, sur fond de tensions récurrentes entre Rome et Paris.

La rencontre s'est déroulée entre Luigi Di Maio et des "gilets jaunes" le 5 février à Montargis (Loiret). "Ceci est la photographie souvenir d'une belle rencontre, la première d'une série, a commenté le responsable italien sur Instagram, pendant laquelle nous avons parlé de nos pays, des droits sociaux, de l'environnement et de la démocratie directe".

Voir cette publication sur Instagram

Oggi con @aledibattista abbiamo fatto un salto in Francia e abbiamo incontrato il leader dei gilet gialli Cristophe Chalençon e i candidati alle elezioni europee della lista RIC di Ingrid Levavasseur. Questa è la foto ricordo di questo bell'incontro, il primo di tanti, in cui abbiamo parlato dei nostri Paesi, dei diritti sociali, di ambiente e di democrazia diretta. Il vento del cambiamento ha valicato le Alpi. Ripeto. Il vento del cambiamento ha valicato le Alpi.

Une publication partagée par Luigi Di Maio (@luigi.di.maio) le

L'un des participants a expliqué à franceinfo le but de la rencontre. "Nous voulions vraiment éclaircir la position du M5S avec la Ligue, raconte Christophe Chalençon. Il était hors de question que nous nous rapprochions d'un mouvement classé à l'extrême droite." Les discussions ont visiblement convaincu le militant français, qui qualifie le M5S de "mouvement populaire" plutôt "de centre ou de gauche".