La "gilet jaune" Ingrid Levavasseur lance une association d'aide aux familles monoparentales

L'ancienne figure du mouvement avait annoncé à la mi-mars qu'elle ne participerait plus aux manifestations des "gilets jaunes", dénonçant "l'extrême violence" qui les a émaillées.

La \"gilet jaune\" Ingrid Levavasseur sur les Champs-Elysées à Paris, le 17 février 2019. 
La "gilet jaune" Ingrid Levavasseur sur les Champs-Elysées à Paris, le 17 février 2019.  (ANTONI LALLICAN / HANS LUCAS / AFP)

Après avoir initié une liste "gilets jaunes" pour les élections européennes, dont elle a ensuite renoncé à prendre la tête, Ingrid Levavasseur a annoncé, dimanche 8 avril, la création d'une association d'aide aux familles monoparentales et d'un autre mouvement pour peser sur les municipales. L'association "Racines positives" se donne "pour objectif la création d'un réseau d'accueil pour familles monoparentales", détaille dans un communiqué l'ancienne figure du mouvement social, qui élève seule ses enfants.

"Ce réseau est destiné à toutes celles et tous ceux qui sont contraints, du fait de leur situation précaire, à renoncer à une évolution professionnelle" et "vise à améliorer leur quotidien, à leur redonner une dignité et à leur offrir des conditions propices à la reprise d'études", précise-t-elle.

Les municipales 2020 en ligne de mire

L'aide-soignante de 31 ans, qui a réuni ses soutiens samedi à Paris, a aussi fondé l'association "Eclosion démocratique", qui sera "présente à chaque échéance électorale à partir des municipales de 2020". Visant "la fin des injustices sociales, la lutte contre les inégalités territoriales, l'égalité femmes-hommes, une Europe forte et solidaire, une démocratie pour tous avec tous, et une transition écologique efficace", cette association entend faire des "propositions élaborées par des commissions rassemblant des citoyens et des experts".

A la mi-mars, Ingrid Levavasseur avait annoncé qu'elle ne participerait plus aux manifestations des "gilets jaunes", dénonçant "l'extrême violence" qui les a émaillées. Elle avait dit se préparer aux municipales de 2020, voyant "une page qui se tourne" dans le mouvement social.