La famille d'un "gilet jaune" incarcéré depuis trois mois à Fleury-Mérogis se mobilise pour le faire libérer

Antoine Azzolin, un Jurassien de 27 ans, était venu manifester à Paris, le 24 novembre. Mis en examen pour avoir mutilé un policier, il est depuis maintenu en détention provisoire à Paris. Sa famille dénonce un dossier vide.  

Capture d\'écran de la page Facebook créée pour soutenir la famille d\'Antoine Azzolin, incarcéré à Fleury-Mérogis. 
Capture d'écran de la page Facebook créée pour soutenir la famille d'Antoine Azzolin, incarcéré à Fleury-Mérogis.  (CAPTURE D'ECRAN / FACEBOOK)

Une douche froide. Après trois mois passés derrière les barreaux à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne), Antoine Azzolin a appris, jeudi 28 février, que sa deuxième demande de libération conditionnelle avait été refusée. "On subit, explique à franceinfo sa sœur Marie. A chaque fois qu'il y a une petite avancée, on reprend espoir mais il s'amenuise très vite."

Antoine Azzolin, un jeune saisonnier de 27 ans, arrive du Jura, le 24 novembre, pour manifester avec sa compagne à Paris. Arrêté en fin d'après-midi lors du deuxième samedi de mobilisation des "gilets jaunes", il est placé 48 heures en garde à vue avant d'être mis en examen pour "violences avec arme ayant entraîné une infirmité ou une mutilation permanente sur personne dépositaire de l'autorité publique." Antoine est soupçonné d'avoir jeté un explosif aux pieds d'un policier, blessé à l'œil. Des faits pour lesquels il encourt jusqu'à quinze ans de prison mais qu'il nie fermement depuis son arrestation. 

Des déclarations contradictoires ?

Sa famille se bat depuis trois mois et demi, aux côtés d'un avocat, pour le faire libérer. Ils contestent le témoignage sur lequel repose le dossier. "Un policier, un seul, le met en cause dans une version qui a évolué au fil de ses déclarations. Il dit des choses contradictoires", estime l'avocat Martin Méchin. D'après les proches du "gilet jaune", Antoine Azzolin aurait été arrêté dix minutes après l'explosion. "Il était loin, il [le policier] donne un descriptif qui ne correspond pas, notamment par rapport à la taille et aux vêtements" défend l'avocat. Contacté par franceinfo, le parquet de Paris n'a pas répondu.  

Un certificat médical versé au dossier au tout début de la procédure atteste néanmoins de la blessure à l'œil du policier. Antoine Azzolin est donc accusé de "mutilation", une infraction grave, punie de quinze ans de réclusion criminelle et qui autorise le maintien en détention provisoire pour une durée d'un an, renouvelable. Selon l'avocat, aucun élément n'est venu, en trois mois de procédure, confirmer l'éborgnement du policier. "Dans le dossier, en tous cas, il n'y a aucun élément qui permet de dire qu'il y a une mutilation", indique-t-il. En cas de violences sans "mutilation", la durée de détention provisoire est de quatre mois renouvelables. 

A Saint-Claude (Jura), ses parents et sa sœur peuvent compter sur le comité de soutien, "Il faut libérer Antoine". Créé au lendemain du premier rejet de sa demande de libération conditionnelle, le comité compte aujourd'hui une cinquantaine d'adhérents. "Jusqu'au premier appel, on s'est dit qu'il allait rentrer parce que son dossier ne tenait pas", explique la sœur du "gilet jaune". 

La famille a également lancé une cagnotte pour financer les trajets jusqu'à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, située à plus de 400 km de la commune du Jura où elle réside. Ses proches ont prévu de déposer une nouvelle demande de libération conditionnelle dans la semaine du 11 mars.