Incendie "volontaire" chez le chef étoilé Yannick Delpech : "Les investigations tendent à vérifier l'implication des 'gilets jaunes'"

Le sinistre est intervenu plus d'une semaine après une publication du restaurateur sur Facebook, où il dénonçait les violences en marge du mouvement des "gilets jaunes". Le restaurant a dû fermer car les cuisines et les chambres froides ont subi des dégâts. 

Le restaurant L\'Amphitryon de Yannick Delpech, à Colomiers (Haute-Garonne), le 28 janvier 2019.
Le restaurant L'Amphitryon de Yannick Delpech, à Colomiers (Haute-Garonne), le 28 janvier 2019. (MAXPPP)

Qui a incendié le restaurant du chef étoilé Yannick Delpech à Colomiers, près de Toulouse ? "Les investigations tendent à vérifier les éventuels liens avec les faits précédents commis au préjudice du restaurant et l'implication des 'gilets jaunes'", a expliqué le parquet, mardi 29 janvier, en évoquant un acte "volontaire". Le sinistre est intervenu plus d'une semaine après une publication du restaurateur sur Facebook, où il dénonçait les violences en marge du mouvement des "gilets jaunes"L'Amphitryon a également été cambriolé dans la nuit du 21 au 22 janvier, et sa façade a été taguée le lendemain.

"Non, je ne baisserai pas les bras, non je ne m'abaisserai pas devant les injures, les intimidations, le saccage, la violence portés par une minorité qui ne veut que le chaos", avait notamment écrit le chef sur sa page Facebook. Il évoquait des fauteurs de "trouble au milieu d'un mouvement social porté par de vraies revendications". Le chef a aussi été victime de menaces sur le réseau social, a affirmé le parquet.

Vingt-cinq employés au chômage technique

Selon les pompiers, la voiture du restaurateur, garée dans un préau sous les cuisines, a pris feu lundi à l'aube, les fumées se propageant ensuite dans le bâtiment, sans faire de "gros dégâts". Une source dans l'entourage de Yannick Delpech a toutefois qualifié les dommages d'"importants" dans une partie des cuisines et les chambres froides, avec notamment tout le système de climatisation touché.

Le restaurant "est fermé jusqu'à nouvel ordre, avec 25 employés en chômage technique", a affirmé cette source à l'AFP. S'il "n'accuse personne" pour ces faits, le restaurateur, qui se trouvait dans son établissement quand le feu a pris, souhaite désormais "que cela s'arrête". Parmi les tags figuraient les inscriptions "Colabo" (sic) et "Pute" et un slogan signé "GJ", selon des photos postées par le restaurateur.