"Gilets jaunes" : un chauffeur de camion violemment pris à partie

Un chauffeur routier bulgare à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) s'est retrouvé bloqué sur un rond-point par des "gilets jaunes" dans la nuit du vendredi 21 au samedi 22 décembre.

FRANCE 3

Le pare-brise du chauffeur routier bulgare est caillassé, criblé d'impacts après la course-poursuite. Dans la nuit du vendredi 21 décembre, il arrive au rond-point des Vaches à l'entrée de Rouen (Seine-Maritime) tenu par des "gilets jaunes". Il est occupé depuis plusieurs semaines par les manifestants. Comme tous les jours, le camion est bloqué dans les bouchons. Mais pendant cette attente, deux individus s'en prennent à son véhicule. "Deux personnes auraient tenté d'arracher la cargaison du camion. Pris de panique, le chauffeur aurait accéléré pour forcer le barrage. Il a alors essuyé des jets de projectiles, dont une boule de pétanque", a déclaré la préfecture de la Seine-Maritime.

Un pneu s'enflamme

Commence alors une course-poursuite entre le chauffeur et deux véhicules sur 12 kilomètres, jusqu'à la sortie d'un tunnel. Sur la route, un pneu du camion s'est même enflammé avant d'éclater. La police le voit et arrête le camion tandis que les poursuivants prennent la fuite. Selon les policiers, ces personnes agressives portaient des gilets jaunes, mais pour l'un de leur porte-parole, ce ne sont pas des manifestants. Le chauffeur sous le choc a porté plainte et la préfecture demande, elle, aux poids lourds de ne plus emprunter ce rond-point jusqu'au départ des "gilets jaunes".

Le JT
Les autres sujets du JT
Un \"gilet jaune\" devant l\'usine Monsanto de Trèbes (Aude), le 12 décembre 2018.
Un "gilet jaune" devant l'usine Monsanto de Trèbes (Aude), le 12 décembre 2018. (IDRISS BIGOU-GILLES / HANS LUCAS / AFP)