Dimanche en politique, France 3

VIDEO. "Gilets jaunes" : Ségolène Royal demande le "retrait des taxes" et appelle à "l'apaisement"

L'ambassadrice des Pôles et ancienne ministre de l'Environement, Ségolène Royal, est l'invitée de "Dimanche en politique" pour parler, entre autres, de la taxe carbone et des élections européennes.

Voir la vidéo
FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ségolène Royal, ambassadrice des pôles et ancienne ministre de l’Environnement, est l'invitée de "Dimanche en politique", dimanche 25 novembre. Avant de parler des élections européennes, retour sur la mobilisation des "gilets jaunes" et, en toile de fond, la lutte contre le changement climatique, terrain sur lequel la France prend du retard.

"Pas d'ordre sans justice"

Des milliers de "gilets jaunes" se sont rassemblés, samedi 24 novembre, sur les Champs-Élysées, à Paris. Emmanuel Macron, dans un tweet, a réagi suite aux débordements survenus dans la capitale, dénonçant les casseurs. "Ce sont des images qui sont tristes", déplore Ségolène Royal. "La première conclusion, il me semble, c'est de se dire qu'il vaut mieux savoir retirer une réforme avant d'avoir l'exaspération (...) Une mauvaise réforme doit être retirée à temps", expose-t-elle. "Il n'y a pas d'ordre sans justice", ajoute-t-elle.

Faut-il donc retirer la taxe carbone, prévue pour le 1er janvier 2019 ? "On ne peut pas demander aux citoyens de s'occuper du réchauffement climatique, c'est-à-dire de la fin du monde, quand la peur au quotidien est la peur des fins de mois", répond Ségolène Royal. "Au fond, la France attend trois choses : de l'apaisement, de la compréhension et de la démocratie. L'apaisement, c'est le retrait des taxes qui ont été mises sur le carburant", explique-t-elle.

Concernant le changement climatique, "nous avons appris hier [samedi 24 novembre] que les banques, et les banques françaises, continuent à financer massivement les énergies fossiles", déplore Ségolène Royal.

"Je n'avais aucune intention de revenir dans la vie politique"

Emmanuel Macron propose la création d'un Haut conseil pour le climat et il veut aussi retourner sur le terrain, plus près des Français. Ce à quoi Ségolène Royal répond que "toute tentative de discussion va dans le bon sens, mais personne ne voudra discuter si les taxes ne sont pas retirées".

Pour les élections européennes, Ségolène Royal maintient qu'elle présentera ou non sa candidature en janvier prochain. "Je n'avais aucune intention de revenir dans la vie politique et électorale. Aucune. On me sollicite", conclut-elle.

Ségolène Royal. 
Ségolène Royal.  (FRANCE 3)