"Gilets jaunes" : "Nous sommes exténués", témoigne un syndicaliste policier

Quelque 89 000 policiers et gendarmes étaient encore mobilisés samedi, pour la quatrième journée de manifestation nationale des "gilets jaunes".

Des CRS interviennent place de la République à Paris, au soir d\'une mobilisation violente des \"gilets jaunes\", le 8 décembre 2018.
Des CRS interviennent place de la République à Paris, au soir d'une mobilisation violente des "gilets jaunes", le 8 décembre 2018. (LAURE BOYER / HANS LUCAS / AFP)

Une mobilisation non-stop, ou presque. Les forces de l'ordre sont sur le pont depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", à la mi-novembre. Samedi 8 décembre, la quatrième journée de mobilisation dans toute la France s'est soldée par plus de 2 000 interpellations et 264 blessés, dont 39 parmi les policiers et gendarmes, selon le bilan du ministère de l'Intérieur.

Quel est l'état d'esprit des policiers, alors que 89 000 membres des forces de l'ordre étaient encore mobilisés samedi ? Entretien avec Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat de gardiens de la paix Unité SGP Police Force Ouvrière.  

Franceinfo : Dans quel état d'esprit se trouvent les policiers, après plus de trois semaines de mouvement des "gilets jaunes" et quatre journées de mobilisation nationale, notamment à Paris ?

Yves Lefebvre : Nous sommes exténués. Nous attendons maintenant les annonces du président de la République pour faire en sorte que ces violences répétées, ces manifestations non-stop puissent pour le moins rentrer dans le mode "pause". Samedi, notamment sur les événements de Bordeaux, des collègues ont fait 20 heures de service d'affilée, quasiment non-stop. Il y a d'autres endroits où les collègues travaillent non-stop avec seulement un week-end de repos avec leur famille toutes les six semaines.

Et lundi, quasiment toutes les compagnies républicaines de sécurité engagées samedi [pour assurer l'ordre lors de "l'acte 4" de la mobilisation des "gilets jaunes"], seront à nouveau au travail. Certaines d'entre elles l'étaient dès aujourd'hui dimanche. Nous en sommes rendus à 20 jours, parfois 21 jours de travail non-stop, avec des amplitudes horaires particulièrement conséquentes. Pour autant, nous continuerons d'exercer notre mission parce que sinon, demain, c'est la République qui s'écroule.

Les annonces d'Emmanuel Macron sont-elles votre seul espoir d'être moins mobilisés ?

Oui, parce que le policier n'a pas de temps maximum de travail. Aussi ubuesque que cela puisse paraître, le policier n'a pas de temps de repos minimum. Dans l'absolu, et en restant en conformité avec les textes, on peut employer un policier sept jours sur sept et 24 heures sur 24. Ce sont les textes. Je vois certains politiques jouer les vierges effarouchées, mais ça remonte au début du quinquennat de Jacques Chirac. A l'époque, son gouvernement a mis en place le fait que les policiers puissent déroger à toutes les règles du Code du travail en matière de temps de travail.

Aujourd'hui, on se sert de nous comme dernier rempart, mais à un moment donné, quand on va passer à la fin des actes répétés des "gilets jaunes", il va falloir qu'on rentre dans l'acte 1 de la reconnaissance des policiers !

Vu le nombre d'interpellations effectuées en amont de la manifestation samedi, le maintien de l'ordre était-il moins difficile que le samedi 1er décembre ?

Les interpellations en amont – contrôles aux péages, sur les parkings, à la sortie des gares, dans le métro – étaient nécessaires. Tout ce qui était contrôlable l'a été ce samedi et c'est tant mieux. Depuis les manifestations contre la loi El Khomri [au printemps 2016], nous n'avons cessé de le réclamer à la préfecture de police de Paris. Nous n'avions jamais été écoutés, jusqu'à samedi. C'est enfin un point positif. On ne peut jamais dire qu'un maintien de l'ordre s'est bien passé parce qu'il y a encore des blessés, des dégradations, des pilleurs. Ça s'est mieux passé, tout simplement. Nous avons toujours été dans l'offensive, ce qui a permis de neutraliser des centaines et des centaines de personnes.