"Gilets jaunes" : les violences policières font réagir l'ONU

Les images de violence à l'issue de manifestations de "gilets jaunes" ont fait le tour du monde jusqu'à amener l'ONU à demander une enquête sur les conditions de l'utilisation de la force dans certains cas.

France 3

Michelle Bachelet, haut-commissaire de l'ONU aux Droits de l'homme, vise la France. Au milieu d'autres pays, comme le Venezuela ou Haïti, l'État français est pointé du doigt sur un sujet en particulier : les "gilets jaunes". Et les mots sont durs. "Nous encourageons le gouvernement français à poursuivre le dialogue et demandons urgemment une enquête approfondie sur tous les cas rapportés d'usage excessif de la force", a déclaré l'ancienne présidente du Chili.

Un rapport qui passe mal

Une accusation qui semble liée à l'utilisation très controversée des lanceurs de balles de défense. Mercredi 6 mars au matin, le gouvernement digérait mal cette mise en cause. Mais pour l'opposition, comme La France insoumise, ce rapport tombe à point nommé. "C'est un constat lucide de la situation actuelle, mais qu'on dénonce, nous, depuis plusieurs semaines", a confié à France 3 Caroline Fiat, députée LFI de Meurthe-et-Moselle. Pour d'autres en revanche, la composition de ce Conseil des Droits de l'homme avec le Venezuela et l'Arabie saoudite rend cette instance de l'ONU difficile à prendre au sérieux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants recoivent des tirs de gaz lacrymogènes, lors de la 8e journée de mobilisation des \"gilets jaunes\" à Paris, le 5 janvier 2019.
Des manifestants recoivent des tirs de gaz lacrymogènes, lors de la 8e journée de mobilisation des "gilets jaunes" à Paris, le 5 janvier 2019. (MARIE MAGNIN / HANS LUCAS / AFP)