"Gilets jaunes" : les blessés en première ligne à Paris

À Paris, la manifestation des "gilets jaunes" samedi 2 février était dédiée aux manifestants blessés ces derniers samedis, en pleine polémique sur les fameux lanceurs de balles de défense.

FRANCE 3

Des pansements tâchés de faux sang, des compresses factices sur les yeux, voici l'hommage des "gilets jaunes" aux manifestants blessés. Samedi 2 février, ils ont défilé à Paris pour dénoncer les violences policières. Ils exigent l'interdiction de plusieurs armes des forces de l'ordre comme les grenades ou les lanceurs de balles de défense. Le rassemblement a commencé vers midi dans l'est de Paris, et dès les premières minutes, des hommes cagoulés ont tenté de s'infiltrer, avant de vite être repérés et refoulés par les manifestants.

13 800 "gilets jaunes" à Paris

Selon le comptage d'un collectif de médias, ils étaient 13 800 "gilets jaunes" dans les rues de Paris, 10 500 selon la police. Dans la foule, des figures, comme Jérôme Rodrigues et Éric Drouet, mais aussi des blessés graves comme Franck Didron, 20 ans. Le 1er décembre, il a perdu son œil droit, selon lui à cause d'un tir de LBD 40. Vers 16 heures, une fois place de la République, des heurts ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre. 30 personnes ont été interpellées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une manifestante maquillée avec de fausses blessures, le 2 février 2019 à Morlaix (Finistère).
Une manifestante maquillée avec de fausses blessures, le 2 février 2019 à Morlaix (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)