"Gilets jaunes" : le débat national proposé par Emmanuel Macron portera sur cinq thèmes

Le thème de l'immigration doit être abordé, aux côtés de la transition écologique, des services publics, de la fiscalité e du débat démocratique. 

Des \"gilets jaunes\" regardent l\'allocution d\'Emmanuel Macron, sous une tente, au Mans (Sarthe), le 10 décembre 2018.
Des "gilets jaunes" regardent l'allocution d'Emmanuel Macron, sous une tente, au Mans (Sarthe), le 10 décembre 2018. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Transition écologique, fiscalité, services publics, immigration et débat démocratique. L'exécutif a retenu cinq thèmes pour le futur grand débat local annoncé par Emmanuel Macron, pour répondre à la crise des "gilets jaunes", a annoncé l'Elysée, mercredi 12 décembre. L'objectif est de permettre "à chaque Français de faire part de son témoignage, d'exprimer ses attentes et ses propositions de solutions", est-il précisé dans le communiqué de compte-rendu du Conseil des ministres.

L'Elysée a détaillé les questions qui doivent cadrer le débat, qui sera ouvert au public : "Comment mieux accompagner les Français dans leur vie quotidienne pour se déplacer, se chauffer, isoler leur logement ?" - "Comment faire évoluer le lien entre impôts, dépenses et services publics pour mieux répondre aux besoins des Français ?" - "Comment faire évoluer l'organisation de l'Etat et des autres collectivités publiques pour les rendre plus proches des Français et plus efficaces ?" - "Que signifie être citoyen aujourd'hui ? Comment faire évoluer la pratique de la démocratie et de la citoyenneté ?" - "Quelles sont les attentes et les inquiétudes des Français relatives à l'immigration, dans un contexte de mondialisation et de laïcité parfois bousculée ?"

La question autour de "l'immigration" contestée

Lors de son discours de réponse au mouvement des "gilets jaunes", Emmanuel Macron avait annoncé son intention d'élargir ce débat à "la question de l'immigration". "Je veux aussi que nous mettions d'accord la nation avec elle-même sur ce qu'est son identité profonde", avait-il déclaré. Une décision contestée par des associations ou encore le dirigeant de la CFDT Laurent Berger. "La CFDT s'oppose à ce que 'immigration et identité profonde', pourtant sans lien à la crise actuelle, fasse partie des 5 thèmes de discussion. C'est incompréhensible et dangereux alors que l'enjeu est clairement la justice sociale !", a déclaré Laurent Berger, mardi soir sur Twitter.

Ce futur grand débat a fait l'objet d'une communication par Édouard Philippe en Conseil des ministres mercredi. Les modalités précises de l'organisation doivent être présentées dans les prochains jours. Selon une source gouvernementale, le thème de l'immigration pourrait finalement être intégré dans un autre thème, par exemple celui sur le débat démocratique. Dans un discours prononcé mercredi soir devant l'association des Villes de France, le Premier ministre n'a évoqué que "quatre axes" et n'est pas revenu sur celui de l'immigration.