"Gilets jaunes" : la Fédération française de boxe condamne le "comportement inacceptable" d'un "ancien boxeur"

L'homme identifié a notamment roué de coups un gendarme tombé à terre et frappé à mains nues un autre.

Des \"gilets jaunes\" sur le pont Leopold-Sedar-Senghor à Paris, le 5 janvier 2018.
Des "gilets jaunes" sur le pont Leopold-Sedar-Senghor à Paris, le 5 janvier 2018. (KARINE PIERRE / HANS LUCAS)

Elle se désolidarise. La Fédération française de boxe a condamné, dimanche 6 janvier, dans un communiqué, le "comportement inacceptable" d'un "ancien boxeur professionnel" auteur de violences à l'égard des forces de l'ordre lors de la manifestation parisienne des "gilets jaunes".

La Fédération française de boxe, ainsi que la Ligue nationale professionnelle de boxe, condamnent avec la plus grande fermeté de tels agissements d'une violence extrême qui sont totalement contraires aux valeurs prônées par notre discipline.La FFBdans un communiqué

"La FFB adresse son soutien à la famille et aux proches du gendarme victime du comportement de cet individu, mais également à l'ensemble des effectifs des forces de l'ordre mobilisés ardemment depuis plusieurs semaines", conclut le texte.

Ni interpellation, ni mise en examen

Samedi soir, le syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) avait indiqué avoir "identifié (...) un boxeur", qui a notamment roué de coups un gendarme tombé à terre et frappé à mains nues un autre. Les vidéos de ces deux scènes, où l'on voit un homme blanc de haute stature à visage découvert, ont également abondamment circulé sur les réseaux sociaux.

"Monsieur, vous qui avez frappé un collègue à terre, vous êtes identifié. Pour un boxeur, vous ne respectez apparemment pas beaucoup de règles. Nous allons vous apprendre celles du Code pénal", avait tweeté le syndicat, relayant une photo du boxeur sur un ring.

Une enquête a été confiée à la sûreté territoriale mais aucune interpellation n'a eu lieu pour l'instant, selon le parquet. Le nom du boxeur n'a pas été rendu public par les autorités ni révélé par la Fédération française de boxe.