Cet article date de plus d'un an.

"Gilets jaunes" : l'association bénéficiaire de la cagnotte des policiers répond aux critiques sur son lien avec Alliance

L'Amicale de la police nationale, liée par une convention au syndicat Alliance, plutôt classé à droite, va recevoir les fonds récoltés par la cagnotte initiée par le président de la région Paca, Renaud Muselier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Capture d'écran, prise le 14 janvier 2019, de la page de présentation de la cagnotte lancée par le président LR de la région Paca, Renaud Muselier, en soutien aux forces de l'ordre. (LEETCHI)

Un montant record. Près d'une semaine après avoir été lancée, la cagnotte initiée par Renaud Muselier, président Les Républicains de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, a atteint près d'1 500 000 euros, lundi 14 janvier. Cette cagnotte, mise en place en soutien aux membres des forces de l'ordre blessés lors des journées de mobilisation des "gilets jaunes", doit être versée à l'Amicale de la police nationale.

Cette association "a pour vocation l'entraide, la solidarité et l'accompagnement social sous toutes ses formes au profit des agents du ministère de l'Intérieur", comme le stipulent ses statuts consultés par franceinfo. Ce choix n'a pas manqué de provoquer des contestations, notamment parmi certains syndicats policiers. En cause : la proximité entre l'Amicale de la police nationale et Alliance, relevée par Mediapart. En effet, le syndicat policier, plutôt classé à droite, et l'association sont liés par un "partenariat de communication", comme l'a confirmé l'Amicale de la police nationale à franceinfo.

"Une pseudo-polémique"

Interviewé par Mediapart, Denis Jacob, le secrétaire national d’Alternative police-CFDT, estime "qu'il est de notoriété publique que Renaud Muselier est un intime de Jean-Claude Delage [secrétaire national d'Alliance]. Il conviendrait que les fonds soient reversés à une ou plusieurs associations reconnues d'utilité publique pour les forces de sécurité publique", avance-t-il. Également interrogé dans le même article, Philippe Capon, secrétaire national de l'Unsa-Police, juge "malsain" que l'Amicale de la police nationale soit l'unique bénéficiaire de cette cagnotte créée en réaction à celle lancée pour soutenir Christophe Dettinger, l'ancien boxeur accusé d'avoir frappé des gendarmes. 

Arnaud Thierion, directeur général adjoint de l'Amicale de la police nationale, fustige "une pseudo-polémique", alimentée par "une guéguerre de syndicats". De son côté, Renaud Muselier justifie son choix auprès de Mediapart : "J'ai demandé à mes amis policiers à quelle association je pourrais donner l’argent."

On m'a recommandé cette amicale, j’ai regardé, elle est remarquable. J'ai agi sans aucune arrière-pensée politique.

Renaud Muselier, président LR de la région Paca

dans Mediapart

Arnaud Thierion explique à franceinfo qu'au départ la cagnotte n'était destinée à personne en particulier. "J'ai alors interpellé sur les réseaux sociaux Renaud Muselier, ainsi que l'Elysée, mais aussi le ministère de l'Intérieur pour savoir à qui et comment allait être donné l'argent", poursuit-il.

"Une transparence totale"

Deux jours plus tard, l'homme raconte avoir reçu un coup de fil du conseiller politique de Renaud Muselier, l'informant que l'Amicale de la police nationale allait recevoir les fonds récoltés. "Moi j'ai vraiment fait ça de manière spontanée. Ce n'était pas pour récupérer l'argent. Et je ne connaissais absolument pas les liens entre Jean-Claude Delage et Renaud Muselier", se défend Arnaud Thierion. Il assure également que l'association est composée "de gens de tous bords syndicalement".

Toujours est-il que l'association se retrouve aujourd'hui avec une somme importante à gérer, mais promet d'avoir "une transparence totale" dans l'usage des fonds.

C'est un cadeau extraordinaire que font les Français aux forces de l'ordre. Il n'est pas question de dilapider l'argent. Un compte bancaire distinct de celui de l'association sera créé.

Arnaud Thierion, directeur général adjoint de l'Amicale de la police nationale

à franceinfo

L'Amicale de la police nationale doit maintenant réunir un premier groupe de travail avec Renaud Muselier pour discuter de l'avenir de la cagnotte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.