"Gilets jaunes" : des élus face aux menaces

Permanences saccagées, menaces, domiciles visés... Depuis des mois, de nombreux élus sont pris pour cible en marge de la mobilisation des "gilets jaunes". 

FRANCE 2

Deux élus ont accepté de se confier. Il y a un mois, Damien Pichereau a retrouvé sa permanence d'élu totalement saccagée. Le député des Républicains de la Sarthe, raconte : "Ils sont arrivés et en moins de trente secondes, ils ont cassé cette vitrine. Ils étaient armés d'armes blanches, barres à mine, des haches..." À l'intérieur, impossible de travailler, tout le matériel est inutilisable. Face à un tel niveau de violence, le député souhaiterait une protection policière dans certaines circonstances. Le gouvernement y réfléchit, mais en attendant, Damien Pichereau prend ses précautions. "Quand il y a une manifestation, on est prévenus en amont par la préfecture, les services de police et de gendarmerie, et du coup, je demande à mes collaboratrices de rentrer chez elles. On s'adapte au mouvement social", explique l'élu. Un rideau métallique va être installé pour protéger la façade.

Sentiment d'insécurité

Même sentiment d'insécurité pour Philippe Huppé, député de l'Hérault de La République en marche. Son domicile a été tagué trois fois de suite. Des menaces et des actes malveillants qui se sont multipliés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un magasin saccagé à Caracas, la capitale du Venezuela, le 21 avril 2017.
Un magasin saccagé à Caracas, la capitale du Venezuela, le 21 avril 2017. (RONALDO SCHEMIDT / AFP)