"Gilets jaunes" : comment de prétendus "street medics" ont effectué des prélèvements sanguins en pleine manifestation

Plusieurs groupes de secouristes bénévoles ont signé un communiqué s'alarmant de pratiques "illégales et immorales" réalisées en pleine rue.

Capture d\'écran d\'une vidéo montrant des prélèvements réalisés en pleine rue, lors d\'une manifestation de \"gilets jaunes\", le 20 avril 2019 à Paris.
Capture d'écran d'une vidéo montrant des prélèvements réalisés en pleine rue, lors d'une manifestation de "gilets jaunes", le 20 avril 2019 à Paris. (FRANCEINFO)

Dans les fumées des gaz lacrymogènes, un manifestant se fait prélever du sang, à même le sol par des personnes sans gants. La scène se déroule lors de la manifestation des "gilets jaunes" du 20 avril dernier. "On va t'envoyer les analyses chez toi, t'inquiète" : c'est par cette phrase que débute une vidéo où l'on aperçoit Maurice*, vêtu de son gilet jaune. Casques de protection vissés sur la tête et tee-shirts blancs floqués de grandes croix rouges, trois personnes l'entourent alors qu'il décline son identité, assis par terre. Une seringue est plantée dans le creux de son coude et un garrot est fixé sur son bras. Autour d'eux, les manifestants se couvrent le visage et suffoquent. 

Plusieurs vidéos du même type, que franceinfo a pu consulter et authentifier, ont été relayées par des groupes de "street medics", ces secouristes de rue bénévoles, présents à chaque manifestation. On y voit des individus effectuer des prélèvements sanguins en pleine rue sur des personnes sonnées par les mouvements de foule.

Capture d\'écran d\'une vidéo montrant des personnes se présentant comme des \"street medics\" en train d\'effectuer un prélèvement sanguin lors d\'une manifestation de \"gilets jaunes\", place de la République, le 20 avril 2019 à Paris.
Capture d'écran d'une vidéo montrant des personnes se présentant comme des "street medics" en train d'effectuer un prélèvement sanguin lors d'une manifestation de "gilets jaunes", place de la République, le 20 avril 2019 à Paris. (FRANCEINFO)

Contrairement à ce que lui ont promis les personnes qui ont prélevé son sang, Maurice* n'a toujours pas reçu les résultats des analyses, presque un mois après la manifestation.

Des manifestants "dans le coltard"

Claire, une manifestante présente à Paris le 1er mai, raconte une histoire similaire à franceinfo. Alors qu'elle se baisse pour trouver de l'air, après un premier jet de gaz lacrymogène non loin de la place d'Italie, un nouveau palet vient exploser à ses pieds. Elle inhale tout le gaz avant d'être extraite du cortège par ses amis. Ces derniers appellent ce qu'ils pensent être des "street medics".

Il y avait deux dames, ainsi qu'une troisième personne. Ils m'ont mis du sérum physiologique dans les yeux et ils m'ont dit 'vous êtes d'accord pour qu'on vous fasse une prise de sang pour savoir si vous avez du cyanure ?'Claireà franceinfo

Claire raconte qu'ils lui reposeront la question "trois à quatre fois" avant qu'elle ne finisse par donner son consentement par écrit. Les trois prétendus secouristes interdisent à Claire et à ses amis de filmer la scène et partent sans lui laisser de moyen de les contacter.

J'étais tellement mal, tellement 'stone', que je n'ai pas dû réaliser ce qu'il se passait.Claireà franceinfo

Dix minutes plus tard, elle croise deux "street medics" et leur raconte qu'un de leurs collègues lui a fait une prise de sang. "Ils m'ont expliqué qu'on ne fait pas une prise de sang au milieu d'un nuage de gaz, dehors, dans une rue", se souvient-elle.

C'est également une "street medic", qui a alerté Maurice* sur les dangers d'un tel prélèvement dans la rue, après avoir vu circuler sur les pages de secouristes une vidéo du 20 avril où on le voit décliner son identité. "Je n'ai même pas fait attention, je devais être dans le coltard, après qu'on ait été gazés et nassés. Tout est allé très vite" se remémore-t-il.

Confrontés par de vrais "street medics"

Dès le vendredi 3 mai, la page Facebook "Coordination 1ers Secours", qui regroupe plusieurs collectifs de "street medics", lance une première alerte. "Nous ne sommes pas là pour faire des gestes longs sauf en cas de défaillance vitale. Seule la prise en charge, la sécurisation et l'évacuation des victimes nous concernent", précisent ces secouristes de rue dans leur communiqué.

Nous conseillons vivement aux victimes de ne pas accepter de se faire prélever dans de telles conditions, même avec les meilleures explications du monde.La Coordination 1ers Secourssur Facebook

Selon un membre de la "Coordination 1ers Secours", contacté par franceinfo, ces pratiques auraient lieu depuis plusieurs semaines, à Paris mais aussi à Lyon. Sur la base de "différents témoignages", ces secouristes estiment que des prélèvements ont été effectués par "une huitaine d'individus" dès les manifestations du 16 mars. Confrontés récemment à des membres de la "Coordination 1ers Secours" dans un cortège, les prétendus "street medics" auraient retiré leurs tee-shirts avant de prendre la fuite. D'après le communiqué de "Coordination 1ers Secours", "quatre personnes qui font des prélèvements sanguins" auraient été identifiées par leurs soins.

"Là on est dans l'insécurité totale"

L'une d'entre elles est un généraliste, enregistré à Cayenne (Guyane). Contacté, le Conseil national de l'Ordre des médecins ne voit aucun "obstacle légal à [la] réalisation" d'un tel prélèvement, "si une personne consent à un prélèvement biologique pour des motifs qu'elle connaît et que ce prélèvement est effectué par un professionnel qualifié pour le faire". Ce n'est pas l'avis de Christophe Prudhomme, porte-parole de l'Association des médecins urgentistes, face à ces vidéos montrant des actes effectués sans gants en pleine rue, au milieu des gaz et de l'agitation.

C'est complètement interdit : on n'a pas le droit de s'installer dans la rue et de faire une consultation, alors encore moins de prendre du sang. Pourquoi prélever du sang dans des conditions aussi peu favorables ? Là, on est dans l'insécurité totale.Christophe Prudhommeà franceinfo

Claire explique ne pas avoir douté au moment où on lui a prélevé du sang en pleine rue. Elle faisait "confiance" aux secouristes. "Je savais oui, qu'il y avait des prélèvements qui avaient été faits, mais pas des prises de sang lors de manifestations", explique la jeune femme. Elle fait référence à des messages postés sur Facebook, notamment par Maxime Nicolle, alias "Fly Rider", l'une des figures du mouvement des "gilets jaunes". Ce dernier affirme s'être lui-même plié à un prélèvement sanguin, effectué par un des prétendus "street medics" présent lors de la même manifestation du 1er mai.

Comme Claire et Maurice, Maxime Nicolle dit avoir été prélevé par une équipe de quatre personnes composée de trois médecins et d'un docteur en biologie. Pourquoi avoir accepté ce prélèvement ? "J'ai des symptômes, comme une perte de poids, des douleurs abdominales et musculaires, une perte du sommeil, comme par hasard après des gaz lacrymogènes, explique-t-il à franceinfo. Pour être factuel, j'aimerais avoir un lien de cause à effet."

Des soupçons contre les gaz lacrymogènes

Sur de nombreuses pages Facebook de "gilets jaunes", les accusations de présence de cyanure, un poison mortel, dans les bombes lacrymogènes lancées dans les manifestations, sont récurrentes. Interrogé par franceinfo, Alexander Samuel, l'un des quatre "préleveurs de sang", affirme que ces prélèvements sanguins ont pour but de "défendre l'intérêt du patient".

Pour moi, un souci de santé publique existe peut-être.Alexander Samuelà franceinfo

Ce docteur en biologie est persuadé que les manifestants sont exposés à des doses importantes de cyanure et ont des symptômes comme "des vertiges, parfois des pertes de connaissance à la suite de gazage intensifs", des "séquelles" qui "ne sont pas reconnues", selon lui.

L'un des gaz lacrymogènes utilisé par les forces de l'ordre se nomme le 2-chlorobenzylidène malonitrile, aussi appelé CS. Une fois absorbé, "si on étudie le devenir de la molécule dans l'organisme, une partie du CS – le malonitrile – se transforme en ions cyanures dans l'organisme mais cette quantité est extrêmement faible", explique à franceinfo le docteur Jean-Marc Sapori, responsable au Centre anti-poison de Lyon.

Des tests positifs mais pas suffisants

Pour démontrer que "le taux de cyanure [des manifestants] est monté à cause des lacrymogènes" lancées par les forces de l'ordre, les trois médecins et le docteur en biologie se sont procurés des tests qu'ils utilisent juste après leurs prélèvements. Dans une des vidéos relayées par les groupes de "street medics", on les voit, en pleine manifestation, verser des gouttes de sang sur des feuilles de carton qui changent de couleur, des dispositifs médicaux fabriqués en Suisse.

Capture d\'écran d\'une vidéo montrant un test au cyanure positif effectué à Paris lors d\'une manifestation de \"gilets jaunes\", le 20 avril 2019 à Paris.
Capture d'écran d'une vidéo montrant un test au cyanure positif effectué à Paris lors d'une manifestation de "gilets jaunes", le 20 avril 2019 à Paris. (FRANCEINFO)

Leur utilisation est simple : une petite quantité de sang, mélangée à une solution et à de l'eau, est déposée sur une bande qui vire au violet quand le test au cyanure est positif. Faut-il en conclure que les personnes concernées ont été intoxiquées par les gaz lacrymogènes inhalés ? Pour disposer d'un maximum de résultats, ces prétendus secouristes affirment que le sang prélevé sur les manifestants a également été envoyé en laboratoires pour réaliser des dosages en thiocyanates, des composants dérivés du cyanure que l'on retrouve dans le sang et dans les urines.

Dans certains de ces dosages de thiocyanates, notamment réalisés par un collègue praticien sur des manifestants, j'ai eu la confirmation qu'il y a effectivement des résultats au-dessus des valeurs normales.Jean-Marc Saporià franceinfo

Mais le médecin lyonnais déplore l'absence d'interprétation de ces résultats. Sans étude, ce test ne permet pas d'écarter d'autres facteurs quand le test est positif : "Le tabagisme, l'alimentation [maïs, choux, rutabaga, moutarde, amandes et fruits à coques sont par exemple sources de thiocyanate] et quelques médicaments, comme la vitamine C, peuvent aussi causer cette petite production de thiocyanure." D'après le docteur Robert Garnier, médecin au Centre anti-poison de Paris, "pour une meilleure sensibilité, il vaut d'ailleurs mieux mesurer dans les urines que dans le sérum sanguin ou dans le plasma".

Par ailleurs, selon le docteur Jean-Claude Sapori, si des doses importantes de cyanure étaient réellement présentes dans les gaz lacrymogènes utilisés lors des manifestations, les personnes intoxiquées auraient été victimes "d'infarctus du myocarde, de convulsions et de pertes de connaissance de manière massive" après inhalation. Les spécialistes interrogés par franceinfo critiquent également l'utilité réduite de ces prélèvements à risque pour les manifestants. D'autres méthodes existent pour connaître la composition des gaz, sans avoir à prélever du sang.

Avec une pompe et un sac, on peut faire un prélèvement aérien auprès d'un laboratoire qui réalise une spectrographie des gaz pour connaître les éléments à l'intérieur.Jean-Marc Saporià franceinfo

Le praticien du Centre anti-poison de Lyon met en avant un risque sanitaire autre que le cyanure et qui devrait davantage interpeller les manifestants : l'exposition chronique aux gaz lacrymogènes, tous les samedis et pendant plusieurs heures, peut provoquer des maladies respiratoires, comme l'asthme et des bronchites à répétition. "Leurs bronches sont très irritées et vont à peine avoir le temps de guérir avant d'être de nouveau exposées aux gaz", conclut-il.

* Le prénom a été modifié.