"Gilets-jaunes" : "C'est des miettes", réagissent des manifestants de Somain qui n'ont "plus confiance"

À Somain, dans le Nord, sur un rond-point bloqué depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", les annonces du chef de l'Etat n'ont pas convaincu.

Des \"gilets jaunes\" à Somain dans le Nord le 11 décembre 2018.
Des "gilets jaunes" à Somain dans le Nord le 11 décembre 2018. (MARTIN BARTOLETTI / RADIO FRANCE)

À Somain (Nord), les "gilets jaunes" restent présents. Les manifestants, mobilisés depuis le 17 décembre, n'ont pas entendu ce qu'ils attendaient, lundi 10 décembre, lors de l'allocution d'Emmanuel Macron.

>> DIRECT. Le Premier ministre va détailler les mesures annoncées par le chef de l'Etat

Les "gilets-jaunes" sont encore nombreux sur le rond-point des Quatre-Chemins. Les manifestants de la première heure ont même vu arriver du monde, lundi soir, après le  discours Emmanuel Macron. L'allocution a été suivie attentivement par Johan, 36 ans, mobilisé depuis le début du mouvement, le 17 novembre. L'augmentation du smic et les mesures sur les heures supplémentaires l'interpellent. "C'est des miettes. Il brasse de l’argent des pauvres pour les pauvres", réagit-il, redoutant un surplus d'injustice. "Les ouvriers qui ont un minimum d’ancienneté ne vont rien toucher et vont devenir des smicards", ajoute le "gilet jaune" de Somain.

La défiscalisation des heures supplémentaires, exonérées de cotisations sociales dès janvier 2019, ne le rassure pas non plus. "Il y a beaucoup de boîtes qui ne paient plus les heures sup, qui demandent à les rattraper", affirme-t-il. On est loin de ce que les gilets jaunes demandent depuis le début."  Après quatre semaines bientôt de combat, dit Johan, "il n’y a plus de confiance". Déjà, Emmanuel Macron "l’avait perdue au début du mouvement, mais là, les 'gilets jaunes' n’ont plus du tout confiance en lui", lance-t-il. "Et la fracture est plus que consommée", conclut-il.

La déception de "gilets jaunes" à Somain - un reportage de Martin Bartoletti dans le Nord
--'--
--'--