Emmanuel Macron et les "gens qui déconnent" : "Une déclaration choquante et fausse"

"C'est toujours le renvoi vers la responsabilité des pauvres", dénonce Florent Gueguen, le directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (FNARS).

Florent Gueguen, le directeur de la FNARS, attend du Président qu\'il réponde à \"la situation de crise\" qu\'il \"apaise le débat\" au lieu de \"créer des polémiques inutiles et dangereuses\", (photo du 5 décembre 2012 à Paris).
Florent Gueguen, le directeur de la FNARS, attend du Président qu'il réponde à "la situation de crise" qu'il "apaise le débat" au lieu de "créer des polémiques inutiles et dangereuses", (photo du 5 décembre 2012 à Paris). (© MARLENE AWAAD / MAXPPP)

"C'est une déclaration tout à fait choquante parce que ce que l'on comprend de la bouche du président de la République c'est que les personnes en situation de pauvreté seraient responsables de leur situation, seraient accusées de ne pas chercher de travail, de ne pas vouloir s'en sortir", a déclaré mardi 15 janvier sur franceinfo Florent Gueguen. Le directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité (FNARS) réagissait aux propos tenus par Emmanuel Macron mardi.

Alors qu'il rencontrait 600 maires de Normandie à Grand Bourgtherould dans l'Eure, le président de la République s'est d'abord rendu à Gasny dans le même département. C'est là que le chef de l'État a lâché la phrase suivante, au cours d'une discussion sur la situation des Français en difficulté : "On va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent". Une formule qui fait réagir.

Le président "sort de son rôle", il devrait rassembler au lieu de diviser

Pour Florent Gueguen, "c'est toujours le renvoi vers la responsabilité des pauvres" Et le directeur de poursuivre : "C'est donc une déclaration à la fois choquante et qui est aussi fausse, puisque nous, nous suivons, nous accompagnons et nous soutenons des millions de personnes qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Je rappelle qu'il y a neuf millions de Français - 14% de la population - qui vit en-dessous de ce seuil et nous voyons que les personnes font évidemment beaucoup d'efforts pour s'en sortir. Elles cherchent du travail", témoigne Florent Gueguen.

Le problème c'est qu'il y a à la fois un manque d'emplois accessibles - notamment pour les personnes qui sont à faibles qualifications - et qu'il y aussi d'autres problèmes notamment de santé, de mobilité, de garde d'enfants pour les mères seules par exemple. C'est ça qui crée la pauvreté et l'exclusion, ce n'est pas le manque de volonté.Florent Gueguen de la FNARSà franceinfo

"Il y a une constante dans la stigmatisation des plus pauvres et dans le fait que - selon le président de la République - les pauvres seraient responsables de la crise économique et sociale", continue Florent Gueguen. "Mais, au-delà de la polémique, je considère que le président de la République sort de son rôle. Son rôle aujourd'hui c'est de rassembler les Français, c'est de répondre à la situation de crise, c'est d'apaiser le débat, ce n'est pas de créer des polémiques inutiles et dangereuses en divisant les Français et en opposant les plus pauvres au moins pauvres."

Nous ce qu'on attend d'Emmanuel Macron c'est à la fois un message de solidarité à l'égard des plus précaires mais aussi de rassemblement pour sortir de la crise et je vois qu'on n'en prend pas le chemin.Florent Gueguen