"Des thèmes qui dépassent la droite et la gauche" : Luigi Di Maio explique pourquoi il a rencontré des "gilets jaunes"

Le vice-président du Conseil italien a fait un déplacement à Montargis qui a agacé le Quai d'Orsay et envenimé les relations diplomatiques entre Paris et Rome.

Le vice-président du Conseil italien Luigi di Maio à Rome, le 4 février 2019.
Le vice-président du Conseil italien Luigi di Maio à Rome, le 4 février 2019. (CHRISTIAN MINELLI / NURPHOTO / AFP)

Pourquoi les "gilets jaunes" intéressent-ils autant le gouvernement italien ? Après avoir rencontré des représentants du mouvement à Montargis (Loiret), mardi, le vice-président du Conseil Luigi Di Maio a expliqué ses intentions dans une lettre envoyée au Monde, vendredi 8 février.

J'avais été très marqué par le fait de trouver, parmi les revendications du manifeste des 'gilets jaunes', des thèmes qui désormais dépassent la droite et la gauche et qui mettent au centre le citoyen et ses besoins, dans une attitude post-idéologique.Luigi Di Maiodans "Le Monde"

"C'est pour cette raison que j'ai voulu rencontrer des représentants des 'gilets jaunes' et de la liste RIC", justifie le chef de file du Mouvement 5 Etoiles, ajoutant qu'il ne croit pas que "l'avenir de la politique européenne soit dans les partis de droite ou de gauche".

Coup de pression diplomatique

Luigi Di Maio rappelle par ailleurs que l'Italie regarde le "peuple" français comme "un point de référence et pas comme un ennemi".

Les divergences politiques et de vision entre le gouvernement français et italien ne doivent pas affecter le rapport historique d'amitié qui unit nos deux peuples et nos deux Etats.Luigi Di Maiodans "Le Monde"

"Je tiens à réaffirmer la volonté de collaboration de notre exécutif, sur les questions qui nous tiennent le plus à cœur, en tant que membre fondateur de l'Union européenne", conclut-il.

Jeudi, la querelle diplomatique entre la France et l'Italie s'est brusquement envenimée avec la décision de Paris de rappeler son ambassadeur à Rome, une initiative sans précédent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.