Christophe Castaner confirme qu'une "attaque terroriste" a été déjouée lors du premier samedi de mobilisation des "gilets jaunes"

Le 19 novembre, "Le Parisien" révélait que quatre personnes avaient été mises en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et placées en détention. 

Le ministre de l\'Intérieur, Christophe Castaner, le 13 février 2019 au palais de l\'Elysée, à Paris. 
Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, le 13 février 2019 au palais de l'Elysée, à Paris.  (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

"C'était une attaque terroriste." Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a confirmé sur le plateau des "4 Vérités" de France 2, vendredi 1er mars, qu'un attentat avait été déjoué lors de la première journée de mobilisation des "gilets jaunes", le 17 novembre dernier. 

"Quelques jours avant le 17 novembre et le début du mouvement des 'gilets jaunes', un groupe s'était constitué et s'était intitulé 'Ça va saigner le 17. C'était une attaque terroriste, nous l'avons neutralisée", a déclaré Christophe Castaner sur France 2, sans autres précisions. 

Le ministre de l'Intérieur confirme ainsi une information du journal Le Parisiendatant du 19 novembre. Ce jour-là, le quotidien révélait que quatre personnes avaient été mises en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et placées en détention. Des sources proches de l'enquête avaient expliqué que ces quatre candidats au jihad préparaient une action violente le 17 novembre. "Ça va saigner le 17", avait ainsi écrit par SMS l'un des suspects à sa fiancée, selon ces sources. 

Trois de ces personnes avaient été interpellées à Saint-Etienne (Loire) par la sous-direction antiterroriste (Sdat) de la police judiciaire, et une était déjà incarcérée.