Appel au suicide des policiers : un "gilet jaune" condamné à huit mois de prison avec sursis

Ce cuisinier au chômage, âgé de 49 ans, devra également accomplir 180 heures de travail d'intérêt général, avec obligation de trouver un travail.

Des manifestants, à Paris, le 20 avril 2019.
Des manifestants, à Paris, le 20 avril 2019. (JEREMIAS GONZALEZ / NURPHOTO / AFP)

"Suicidez-vous, suicidez-vous !" Un homme a été condamné à huit mois de prison avec sursis par le tribunal de Paris, mardi 30 avril, pour avoir lancé des appels au suicide à destination de policiers. Les faits ont eu lieu le 20 avril, place de la République, à Paris, lors du 23e samedi de mobilisation des "gilets jaunes", alors que 28 policiers ont mis fin à leur jour depuis le début de l'année.

Ce cuisinier au chômage, âgé de 49 ans, devra également accomplir 180 heures de travail d'intérêt général, avec obligation de trouver un travail et de verser 500 euros à chacun des deux policiers qui ont porté plainte au titre du préjudice moral. Ce "gilet jaune", mobilisé à tous les actes "sans jamais être interpellé pour violences", s'est défendu d'être "un délinquant", assurant même "avoir déjà aidé pendant des manifs des policiers à s'en aller car ils risquaient de se faire taper dessus".

Mes paroles sont parties plus vite que mes pensées. (...) C'était la folie du moment.Le "gilet jaune" condamnédevant le tribunal de Paris

"Il n'avait pas conscience de la gravité des mots. Son 'suicidez-vous', c'était un ras-le-bol, de voir ses amis blessés, de la violence, de l'injustice. Il a perdu son sang-froid", a plaidé l'avocate de la défense, Ingrid Theillaumas, demandant que son client "ne paye pas pour tous les autres".