Annonces d'Emmanuel Macron : "Ce ne sera pas suffisant", selon les maires ruraux de Meurthe-et-Moselle

Le président des maires ruraux de Meurthe-et-Moselle s'interroge sur le fond et le calendrier des annonces faites par Emmanuel Macron. Il appelle cependant les "gilets jaunes" à arrêter la contestation.

Des maires de 72 communes de France (illustration).
Des maires de 72 communes de France (illustration). (JEFF PACHOUD / AFP)

"Les mesures prises sont une avancée, mais je pense que ce ne sera pas suffisant pour réunir tout le monde autour d'une table", affirme Philippe Thiry, le maire de Lenoncourt et président des maires ruraux de Meurthe-et-Moselle, mardi 11 décembre sur franceinfo. 

>> DIRECT. Suivez les réactions aux mesures annoncées par Emmanuel Macron face à la crise des "gilets jaunes"

"On a l'impression que ce sont des mesures à court terme", réagit l'élu en prenant l'exemple des heures supplémentaires défiscalisées et désocialisées. "C'est très bien, mais est-ce qu'en permettant d'en faire beaucoup, ça ne va pas supprimer des emplois ou de futures embauches", s'interroge l'élu. Le calendrier des annonces est aussi remis en cause par Philippe Thiry. "Le président a tellement tardé qu'il y a toujours un peu de défiance maintenant, la confiance il faut la restaurer", indique-t-il.

"Pas suffisant"

Dans sa commune de Lenoncourt, la "voiture est indispensable" pour aller au travail, décrit le maire. Emmanuel Macron a assuré que le salaire d'un travailleur au smic va augmenter de 100 euros. "Cette somme correspond à un plein par mois, ça c'est sûr, mais ça ne sera pas suffisant pour les gens qui sont dans la vraie précarité. Il fallait peut-être proposer de la concertation et donner des perspectives d'avenir qu'il n'y a pas dans les mesures annoncées."

En ce qui concerne le mouvement des "gilets jaunes", le maire estime qu'"il faut savoir arrêter. Je le souhaite parce que l'économie a besoin de retrouver sa dynamique mais je comprends aussi que ces avancées, qui sont réelles, ne soient pas suffisantes". Philippe Thiry a aussi relevé dans le discours d'Emmanuel Macron "d'autres points qui intéressent les communes. Le président a parlé des territoires où les services publics sont abandonnés, j'espère qu'on pourra modifier la loi NOTRe" [la loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République a notamment confié de nouvelles compétences aux régions].