Cet article date de plus de deux ans.

1er-Mai : "Ça vaut le coup aujourd'hui d'apporter un soutien" aux forces de l'ordre, affirme Laurent Berger

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, appelle à soutenir les forces de l'ordre dans leur action contre les casseurs et les actes de violence lors des manifestations du 1er-Mai.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, invité de franceinfo. (FRANCEINFO)

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a apporté mercredi 1er mai sur franceinfo son "soutien" aux forces de l’ordre alors que plusieurs défilés se préparent sous haute sécurité en ce 1er-Mai dans toute la France"Je pense que la responsabilité est d'abord aux forces de l'ordre, indique Laurent Berger. Ça vaut le coup de leur apporter un soutien aujourd'hui parce que je crois que personne ne veut voir des actes de destruction comme on a vu parfois ces dernières semaines."

"Il y a beaucoup de contrôles et c'est normal, affirme-t-il. Il y a beaucoup de stations de métro fermées. Il ne faut pas laisser les violents, ceux qui n'ont rien à voir avec nos valeurs républicaines, avec le respect des forces de l'ordre, prendre le pas sur les revendications sociales. Mais malheureusement on le sait, la violence est là, il faut la combattre, il faut la condamner."

Quelles que soient leurs motivations, que ce soit les black blocs ou d'autres violents, ils n'ont pas leur place dans les manifestations sociales. La CFDT les condamne.

Laurent Berger

à franceinfo

La CFDT qui défile mercredi matin devant le Théâtre de l'Europe à Paris va mettre en place son propre service d'ordre, mais Laurent Berger ne se fait pas d'illusion : "Quand vous avez des gens totalement dingues qui se pointent avec des outils pour semer la violence, ce n'est pas les organisations syndicales qui seront en capacité de riposter, assure-t-il. Il ne faut pas rêver." "Il faut espérer que la violence, ça ne soit pas ce qui sera retenu de cette journée internationale du travail."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.