Face à la facture : la métropole de Rouen subventionne le covoiturage pour développer la pratique

Publié
Face à la facture : la métropole de Rouen subventionne le covoiturage pour développer la pratique
Article rédigé par
C. Tixier, M. Justet, G. Marque, O. Palomino, H. Horocks - France 2
France Télévisions

L'inflation devrait se situer entre 3 et 3,5 % en France dans les prochains mois, selon l'Insee. Comment réduire la facture de carburant en particulier ? Dans les zones rurales, certaines agglomérations proposent aux habitants des villages de recourir au covoiturage, et elles le subventionnent. 

Au petit matin sur la route se trouvent les premiers travailleurs. Pour nombre d'entre eux, il faut prendre la voiture, cela représente plusieurs dizaines de kilomètres tous les jours. Alors pour limiter les frais, certains sont prêts à ouvrir les portes de leur véhicule. Antony Boivin fait du covoiturage pour aller au travail, et en ce moment, ça lui permet de faire des économies. "Je fais à peu près un plein de moins par mois", dit-il. Quelques rues plus loin, nous retrouvons Coralie Leclerc, sa collègue.

Les aires de covoiturage se multiplient

Pour le trajet, ils utilisent l'application Klaxit. Via ce système, la métropole de Rouen (Seine-Maritime) rémunère le chauffeur deux euros. Une incitation financière pour développer cette pratique, notamment en milieu rural. Aux abords des villes et des autoroutes, les aires de covoiturage se multiplient. On compte 23 parkings dans le département, ce qui représente près de 3,5 millions d'euros investis. Depuis quelques mois, la demande est là. La pratique se développe, mais reste encore timide. Le covoiturage représente seulement 3% des trajets du domicile au travail.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.