Nationalisation de STX : une opération politique ?

En plateau, Danielle Sportiello revient sur la nationalisation temporaire des chantiers navals STX de Saint-Nazaire.

L'État vient d'annoncer la nationalisation temporaire des chantiers navals de Saint-Nazaire. Du jamais-vu depuis 1981. "Il y a un peu de Donald Trump et son Amérique d'abord chez Emmanuel Macron. Lui, c'est la France d'abord. Et un petit peu aussi d'Arnaud Montebourg et son patriotisme économique. L'ancien ministre avait d'ailleurs déjà avancé une nationalisation provisoire", rappelle en plateau Danielle Sportiello.


Une décision saluée


Ce choix d'Emmanuel Macron, pourtant ouvertement pour le libéralisme, a surpris. "Le mot 'nationalisation' n'a pas été prononcé par Bruno Le Maire, il parle d'un droit de préemption provisoire. En fait, il s'agit de gagner du temps pour peut-être passer un nouvel accord avec les Italiens", détaille la journaliste de France 3.
Sur le plan politique, cette décision fait l'unanimité. "Elle fait consensus. À gauche, on voit la défense de l'emploi, des salariés, la défense d'un gros fleuron industriel français. À droite, on voit la défense des intérêts stratégiques de la France", souligne Danielle Sportiello.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les chantiers navals STX France, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 27 juillet 2017. 
Les chantiers navals STX France, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 27 juillet 2017.  (CAROLINE PAUX / FRANCE)