Chantiers de l'Atlantique : Paris accorde un mois de plus à l'Italien Fincantieri pour finaliser le dossier de rachat

Le groupe italien souhaite acquérir le site nazairien mais la date limite était fixée au 31 décembre. Ce nouveau délai doit lui permettre de répondre aux dernières questions de la Commission européenne, qui mène une instruction sur l'opération.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Deux travailleurs sur le site des Chantiers de l'Atlantique, le 8 octobre 2020 à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). (JEREMIE LUSSEAU / HANS LUCAS / AFP)

Le gouvernement français a proposé au groupe italien Fincantieri de prolonger pour une nouvelle durée d'un mois le contrat d'achat et de vente des Chantiers de l'Atlantique, mercredi 30 décembre. C'est déjà le cinquième report dans ce projet initié en 2017, qui prévoit que Fincantieri détienne 50% du capital, plus 1% supplémentaire prêté par l'Etat français – qui se réserve ainsi le droit de le reprendre si le groupe italien ne respectait pas ses engagements.

La date limite pour conclure cette opération était fixée au 31 décembre. Cette nouvelle prolongation de l'accord de cession doit permettre à Fincantieri de répondre aux dernières questions posées par la Commission européenne et de clore l'instruction à Bruxelles, indique un communiqué du ministère de l'Economie. L'entreprise italienne, toutefois, affirme de son côté avoir déjà fait tout ce qu'elle doit et peut faire pour cette acquisition.

L'Italie, très favorable à cette opération, soutient la proposition de la France de prolonger le contrat de cession, précise une source gouvernementale contactée par Reuters. Le dossier est stratégique, car les Chantiers de l'Atlantique emploient 3 100 personnes et 5 000 sous-traitants français et étrangers. L'existence d'une alliance entre Fincantieri et le chinois CSCC fait craindre à certains syndicats et responsables politiques un possible transfert de technologies en Asie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.