Cet article date de plus de quatre ans.

Le vol Bordeaux-Alger décolle après 33 heures de retard

Un avion de la compagnie Aigle Azur à destination d'Alger est resté cloué sur le tarmac de l'aéroport Bordeaux-Mérignac (Gironde) durant 33 heures, entre vendredi et samedi, à cause de problèmes techniques, du malaise d'une passagère et de l'absence de passagers.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un Aigle Azur à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry. (photo d'illustration) (MAXPPP)

Problèmes techniques, malaise d'une passagère, absence de passagers... Le vol ZI737 de la compagnie Aigle Azur entre Bordeaux (Gironde) et Alger (Algérie) a enfin décollé avec 33 heures de retard, samedi 22 juillet. L'avion était censé s'envoler vendredi à 14 heures de Bordeaux-Mérignac.

"Une pièce à remplacer sur l'avion", selon l'aéroport auprès de France Bleu Gironde, a d'abord retardé son départ. L'Airbus A320 devait ensuite prendre son envol, samedi soir à 21 heures. Une fois de plus, le sort s'est acharné. Le malaise d'une passagère lors de l'embarquement a obligé les pompiers à intervenir.

Le sort s'acharne

L'histoire ne pouvait s'arrêter là. Le départ a de nouveau été repoussé samedi soir, en début de soirée. Selon l'aéroport joint par France Bleu Gironde, ce nouveau retard a été dû au fait "qu'il manquerait des passagers" à bord. Ils ne seraient plus que 152 au lieu des 180 prévus. À 22h42, l'avion a enfin pu décoller pour rejoindre Alger.

Dans un communiqué, la compagnie Aigle Azur explique que, pour faire face à la forte demande estivale, elle a dû sous-traiter ce vol à la compagnie grecque Olympus Airways, à qui appartient l'appareil défectueux. Dans ce même communiqué, la compagnie Aigle Azur "présente ses plus sincères excuses aux passagers impactés".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.