Trafic de viande de cheval démantelé : 26 arrestations en Europe

Vingt-six personnes ont été arrêtées en Europe dans le cadre d'une opération pilotée par l'organe européen Eurojust et la France, contre un vaste trafic de viande de cheval. Le cerveau du trafic serait un Belge. Des chevaux auraient été abattus dans les Bouches-du-Rhône.

(Vingt-six personnes ont été arrêtées en Europe, soupçonnées d'un vaste trafic de viande de cheval © Maxppp)

Une nouvelle affaire de viande de cheval, plus de deux ans après l'un des plus grands scandales alimentaires du continent européen. 26 personnes ont été arrêtées en Europe vendredi, dans le cadre d'une opération pilotée par l'organe européen Eurojust et la France. L'opération s'est déroulée dans sept pays conjointement, notamment dans le sud de la France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne. Des gardes à vue sont en cours.

Cette opération a aussi conduit à une quarantaine de perquisitions, à la saisie de 37.000 euros en liquide, de 800 documents concernant des chevaux abattus, et de 200 chevaux vivants devant faire l'objet de contrôles vétérinaires. 250 enquêteurs ont participé à l'opération, dont 100 gendarmes français.

4.700 chevaux impropres à la consommation entre 2010 et 2013

Cette opération a permis de "mettre un terme à un réseau criminel organisé impliqué dans le commerce de viande de cheval illégale ", indique Eurojust dans un communiqué samedi. Ce réseau a falsifié les documents vétérinaires des chevaux et a ainsi fait "entrer, de manière frauduleuse, de la viande impropre à la consommation dans la chaîne alimentaire européenne ", a ajouté Eurojust, qui est basé à La Haye.

Les autorités françaises "estiment qu'entre 2010 et 2013, 4.700 chevaux impropres à la consommation ont été abattus et introduits dans la chaîne alimentaire légale ", selon Eurojust.

Les chevaux abattus près de Marseille ?

Le cerveau du trafic est un Belge, installé à Arlon, dans les Ardennes. L'instruction ouverte à son sujet en 2012 a mené les enquêteurs en France où le pôle de santé publique du parquet de Marseille a été saisi et a ouvert une enquête en juillet 2013. Rapidement les ramifications du trafic ont conduit les enquêteurs aux Pays-Bas, en Irlande, au Royaume-Uni, au Luxembourg et en Allemagne.

Les médias belges font état de quatre Belges, dont le dirigeant du réseau, arrêtés en France. Les animaux auraient été abattus à Marseille, selon la RTBF, "dans un département proche des Bouches-du-Rhône " selon une source judiciaire française citée par l'AFP. Aucun service judiciaire n'a pour l'instant établi de lien avec le scandale de la viande de cheval de 2013.