Camping : le calendrier "très favorable" en 2024 rend le week-end de l'Ascension "presque historique", salue la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air

Le mois de mai "pèse 7% de la fréquentation nationale annuelle des campings français ce qui représente à peu près 10 millions de nuitées", indique le président de la FNHPA.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un camping en Haute-Savoie, le 11 août 2023. (GR?GORY YETCHMENIZA / MAXPPP)

"Le week-end de l'Ascension est toujours le champion du printemps, mais cette année, c'est exceptionnel avec cette structure du calendrier très favorable qui le rend presque historique", a déclaré mercredi 8 mai sur franceinfo Nicolas Dayot, président de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air (FNHPA) et propriétaire de deux campings, dans le Finistère et dans le Morbihan.

Le mois de mai est toujours très prisé par les Français : "Dans sa globalité, il pèse 7% de la fréquentation nationale annuelle des campings français, ce qui représente à peu près 10 millions de nuitées. On accueille à peu près trois millions de personnes au cours du mois de mai", a-t-il précisé.

Le retour des étrangers "est une très bonne nouvelle"

L’été s’annonce également plutôt bon pour les réservations en France : "On est au global à 6 % de réservations en plus par rapport à 2023. On vit un ralentissement depuis un mois et demi, donc on va peut-être arriver à l'équilibre par rapport à 2023", a-t-il expliqué.

Nicolas Dayot constate un retour des étrangers : "C’est une très bonne nouvelle. Ça montre d'une part l'attractivité des campagnes françaises et d'autre part, le retour sans doute à un volume de clientèle étrangère digne d’avant Covid", explique-t-il. Plus précisément, ce sont les emplacements nus pour tentes et caravanes qui "semblent être plus dynamiques que les locations de mobil homes et de chalets", précise-t-il. "On pense évidemment au pouvoir d'achat et à la recherche de prix très compétitifs par de nombreux Français qui veulent dépenser moins pour les vacances", analyse-t-il

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.