Vente de Bouygues Telecom : un jeu d'échecs dangereux ?

Marc Touati est sur le plateau du Soir 3 pour décrypter le refus de l'offre de rachat de SFR-Numericable.

France 3

Coup de théâtre ce mardi 23 juin : pour la seconde fois cette année, SFR-Numericable a vu sa proposition de rachat repoussée par Bouygues Telecom. L'économiste Marc Touati est sur le plateau du Soir 3 pour en parler.

"C'est très surprenant", commente-t-il, car la proposition de SFR était alléchante : 10 milliards d'euros, alors que la filiale Bouygues Telecom est valorisée autour de cinq à six milliards d'euros et que la capitalisation boursière de l'ensemble de Bouygues se situe à 11 milliards d'euros.

L'influence de Bercy

Bercy a-t-il fait pression ? "Peut-être", concède Marc Touati, car "c'est très bizarre que le gouvernement se mêle d'affaires qui ne le regardent pas". L'économiste pense qu'il y a aussi une "volonté de la part de Bouygues de faire monter les enchères".

Un jeu d'échecs est désormais lancé entre les géants des télécoms. Patrick Drahi a frappé le premier. Mais la surenchère peut faire des dégâts. "Si demain, on vend Bouygues à 12 ou 13 milliards d'euros avec un endettement aussi élevé, ça peut être dangereux pour Orange ou pour Free", conclut Marc Touati.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège de Bouygues Telecom, à Paris, en mars 2013.
Le siège de Bouygues Telecom, à Paris, en mars 2013. (BOB DEWEL / ONLY FRANCE / AFP)