France Télécom jugée pour harcèlement moral

En 2008 et 2009, 19 salariés de France Télécom, devenue Orange, s'étaient suicidés. L’ancien PDG est au premier rang des accusés pour harcèlement moral. Le procès, qui a débuté lundi 6 mai, va durer plus de deux mois.

France 3

Didier Lombard, l'ex-PDG de France Télécom, est arrivé discrètement au tribunal correctionnel de Paris lundi 6 mai. C'est le premier procès de responsables d'une entreprise du CAC 40 pour harcèlement moral. Les familles et les victimes des pratiques de la direction attendaient ce procès depuis dix ans.

"Dialogue social permanent"

Comme Béatrice Pannnier et Yves Minguy, de nombreux salariés se sont sentis déclassés du jour au lendemain. 19 suicides, 12 tentatives et de nombreuses dépressions se sont produits à la fin des années 2000 au cours d'une période difficile dans le secteur des télécommunications.

France Télécom, devenue Orange, assure avoir tiré les enseignements de cette période. "L'entreprise consacre des moyens pour détecter ces situations de souffrance et détecter les personnes les plus fragiles, et elle le fait dans un dialogue social permanent", a déclaré Bruno Mettling, porte-parole d'Orange. Le procès est prévu pour deux mois et demi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Didier Lombard, alors président de France Télécom, le 9 juin 2010 à Paris.
Didier Lombard, alors président de France Télécom, le 9 juin 2010 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)