Cet article date de plus de sept ans.

Taxe de séjour : l'Assemblée retoque l'augmentation de justesse

L'Assemblée nationale a adopté de justesse un amendement du gouvernement visant à renoncer à relever le plafond de la taxe de séjour et à repousser toute réforme à 2015. Le texte a été voté grâce aux voix de l'UMP et de l'UDI. La majorité des députés socialistes a voté contre l'amendement gouvernemental.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les taxes de séjour n'ont pas été revues depuis une dizaine d'années. © PHOTOPQR/L'ALSACE)

Une fois n'est pas coutume, les députés socialistes ont fourni cette nuit au gouvernement une occasion de s'arracher quelques cheveux. S'il n'avait tenu qu'à eux, l'amendement gouvernemental visant à éviter tout relèvement du plafond de la taxe de séjour aurait été balayé : 25 députés sur 41, dont le président du groupe, Bruno Le Roux, ont voté contre. L'équipe de Manuel Valls a bénéficié des suffrages de l'UMP et de l'UDI et des radicaux de gauche pour faire passer son texte.

Taxe spéciale Ile-de-France

Résultat, comme l'avait fortement souhaité le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le plafond de la taxe de séjour ne passera pas de 1,50 euro à 8 euros. Et toute réforme en la matière est repoussée à 2015. Un second round doit toutefois avoir lieu ce mercredi, puisque les députés vont examiner une éventuelle hausse de la taxe de séjour ciblée cette fois sur l'Ile-de-France. Le relèvement serait de deux euros. Mais là encore, le gouvernement propose de supprimer cette mesure.

L'idée de "moderniser" la taxe de séjour n'est pas exclue pour autant. C'est tout l'objet du report en 2015 : permettre une concertation avec les professionnels du secteur et étudier l'impact sur l'attractivité de la France. Les taxes de séjour n'ont pas été revues depuis une dizaine d'années.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.