Cet article date de plus de sept ans.

Nouvelle taxe de séjour en IDF : la Région ravie, les hoteliers moins

La nouvelle taxe de séjour spécifique à l'Ile-de-France de deux euros adoptée par l'Assemblée Nationale ne fait pas l'unanimité.Si la Région se réjouit de trouver un financement pour les transports en communs, les hoteliers s'insurgent.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Cette nouvelle taxe permettrait de dégager 140 millions d'euros par an © maxppp)

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, a exprimé sa "très forte opposition" à la réforme relevant le plafond actuel de la taxe de séjour en cours d'examen à l'Assemblée.  Le gouvernement est notamment opposé à un amendement adopté mercredi soir tard sur les taxes appliquées à tous les hôtels. L'amendement multiplie par 5 cette taxe pour les hôtels 3, 4 et 5 étoiles et pour les 3 étoiles, la taxe passe de 1 à 5 euros, et de 1,50 à 8 euros pour les 4 et 5 étoiles. 

En Ile-de-France, la taxe hotelière va augmenter de 50 centimes, passant de 1,50 euros à 2 euros. L'argent va servir notamment à financer des investissements dans les transports en commun autour de Paris. Cette taxe devrait rapporter 140 millions d'euros. "Une mesure cohérente" aux yeux de Jean-Paul Huchon, le Président de la Région Ile-de-France qui explique que "les 40 millions de touristes annuels sont nombreux à utiliser les transports."   Du côté des hôteliers, la réaction est totalement opposée. L'Umih, principale organisation patronale de l'hôtellerie, a expliqué que si le projet devait rester en l'état, il s'agirait alors "d'une véritable rupture dans le dialogue entre les professionnels et les pouvoirs publics" .   

"Un signal extrêmement négatif " aux yeux des professionnels 

Alliance 46.2, une structure qui regroupe 19 entreprises intervenant dans le tourisme souligne que "la seule annonce de cette surtaxe fait déjà réagir plusieurs voyagistes étrangers et écorne l'attractivité de notre pays." Et Alliance 46.2 d'ajouter : "C'est un signal extrêmement négatif que la France envoie à ses clients étrangers et nous savons d'expérience que ses effets seront durables."  

Un autre représentant du tourisme s'interroge : "Comment voulez-vous que la France soit compétitive ? " Didier Chenet promet déjà "une levée de boucliers"

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.