Cet article date de plus de sept ans.

Hausse des taxes de séjour : Laurent Fabius est contre

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius dit son opposition à la hausse des taxes de séjour dans les hôtels.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les chaînes d'hôtel cherchent des cadres © Maxppp/Remi Ochlik)

Le communiqué du Quai d’Orsay est sans détour : ces hausses "sont dangereusement et totalement contraires à la promotion du tourisme qui est une priorité pour l'emploi et l'équilibre extérieur de la France". Après le vote en première lecture mercredi soir à l'Assemblée nationale d’une augmentation des taxes de séjour hôtelières, Laurent Fabius monte au créneau, jugeant "impératif de renoncer" à ces augmentations.

Des taxes qui passent de 1,5 à 8 euros 

Le ministre des Affaires étrangères, qui est désormais chargé également du tourisme, regrette au passage l'adoption de ces hausses "sans concertation avec les professionnels", estimant qui plus est qu’elles sont "contradictoires avec l'engagement solennel pris par le Président de la République et le Premier ministre de stopper l'alourdissement inconsidéré des taxes". "Enfin, elles sont incohérentes avec le fait que les députés sont en train de procéder précisément à une étude d'ensemble de la fiscalité du tourisme", poursuit le communiqué.

 

L’amendement socialiste voté en milieu de semaine a quintuplé la taxe de séjour pour les hôtels à partir de 3 étoiles.  Elle passe ainsi de 1 à 5 euros pour les 3 étoiles, et de 1,50 à 8 euros pour les catégories supérieures. Lors du débat sur le projet de budget rectificatif 2014, l'Assemblée nationale a par ailleurs voté jeudi la création d'une taxe de séjour spécifique à l'Ile-de-France de 2 euros par nuit. Elle est destinée à financer les transports en commun.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.