Elections syndicales : la CGT arrive en tête du scrutin dans les très petites entreprises

L'Unsa se hisse à la troisième place (15,89%), devant FO (13,84%), la CFTC (5,90%), Solidaires (4,27%) et la CFE-CGC (3,95%).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le leader de la CGT, Philippe Martinez, lors d'une conférence de presse à Matignon, à Paris, le 26 octobre 2020.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Un succès en demi-teinte. La CGT est de nouveau arrivée en tête du scrutin dans les très petites entreprises, avec 26,31% des voix, devant la CFDT (16,46%), et dans un contexte de très faible participation (5,44%), selon des résultats transmis à l'AFP par des sources syndicales, vendredi 16 avril.

L'Unsa se hisse à la troisième place (15,89%), devant FO (13,84%), la CFTC (5,90%), Solidaires (4,27%) et la CFE-CGC (3,95%). En 2017, la CGT avait remporté le scrutin, en recueillant 25,12% des voix, suivie par la CFDT avec 15,49% et FO avec 13,01%. L'Unsa avait fait un bond de cinq points, à 12,49%.

"On ne peut pas se satisfaire d'un tel taux de participation"

"Nous sommes satisfaits que la CGT reste la première organisation syndicale et qu'elle progresse de plus de 1%, avec une progression y compris chez les cadres. Pour autant on ne peut pas se satisfaire d'un tel taux de participation", a réagi le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

"Le gouvernement doit réfléchir parce qu'on les a souvent alertés, sur la mauvaise organisation, le report (du scrutin), les problèmes de transmission des éléments de vote. Il faut revoir le mode de scrutin parce que les salariés des TPE comme les autres ont le droit d'être représentés", a-t-il ajouté.

L'élection a été instituée par une loi de 2010 pour permettre aux salariés des entreprises de moins de onze salariés et aux employés à domicile de faire entendre leur voix. Les deux précédentes éditions avaient déjà été marquées par une très faible participation : 10,38% en 2012, puis 7,35% en 2017.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.