Vidéo Réforme des retraites : les députés de la Nupes entonnent "La Marseillaise" à l'arrivée d'Elisabeth Borne dans l'hémicycle

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Assemblée -
Réforme des retraites : les députés LFI entonnent la Marseillaise avant la prise de parole d'Elisabeth Borne Assemblée - (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
La Première ministre a pris la parole jeudi après-midi à l'Assemblée nationale, sous les huées d'une partie des députés.

Les députés de la Nupes ont entonné La Marseillaise, jeudi 16 mars à l'Assemblée nationale, à l'arrivée d'Elisabeth Borne. Ils ont ainsi empêché la Première ministre de parler, lors d'une séance décisive sur le projet de réforme des retraites au cours de laquelle elle a confirmé au pupitre qu'elle engageait la responsabilité de son gouvernement sur le fondement de l'article 49.3 de la Constitution. Des députés La France insoumise ont alors levé des pancartes affichant : "La retraite à 64 ans, c'est non !"

>> Suivez l'actualité liée à la réforme des retraites dans notre direct

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet a tenté en vain de redonner la parole à la Première ministre, mais les Insoumis sont allés au bout de l'hymne national, provoquant l'agacement de la majorité. Yaël Braun-Pivet a finalement suspendu la séance.

Un discours sous les huées

Deux minutes plus tard, la séance a repris au Palais-Bourbon. Elisabeth Borne a pu prendre la parole. Son discours a toutefois été rendu inaudible, couvert par les hurlements des députés. Les élus du Rassemblement national ont appelé la Première ministre à la "démission". Sous les huées, Elisabeth Borne a finalement annoncé qu'elle recourait à l'article 49.3 de la Constitution. "Un vote aura bien lieu", a commenté la Première ministre, qui ne "doute pas" que plusieurs motions de censure seront déposées contre le gouvernement.

 -
Réforme des retraites : Elisabeth Borne annonce le recours au 49.3 devant l'Assemblée nationale sous les huées de l'opposition - ()

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.