Vidéo Emmanuel Macron assure qu'il continuera à se déplacer malgré "la colère qui s'exprime"

Publié
Durée de la vidéo : 19 min
Le président était en déplacement en Alsace le 19 avril 2023. -
Emmanuel Macron assure qu'il continuera à se déplacer malgré "la colère qui s'exprime" Le président était en déplacement en Alsace le 19 avril 2023. - (FRANCETV)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
"Quand on arrive à une situation comme ça on a tous une part de responsabilité" et "j'ai ma part, je n'ai pas réussi à convaincre suffisamment", a concédé le président de la République.

Continuer à se déplacer. Emmanuel Macron a assuré, mercredi 19 avril, qu'il "continuera à être sur le terrain" malgré la "colère" qui s'exprime. "Il faut entendre la colère, je ne suis pas sourd à celle-ci", a affirmé le chef de l'Etat alors qu'il achevait un déplacement à Sélestat (Bas-Rhin), où il a été plusieurs fois hué. "Cette colère s'exprime, je ne m'attendais pas à autre chose mais elle ne m'empêchera pas de continuer à me déplacer", a-t-il ajouté.

Alors que le mécontentement s'est focalisé sur la réforme des retraites, le chef de l'Etat l'a répété : "J'assume cette réforme nécessaire pour l'équilibre et la préservation d'un système par répartition." Rejetant tout "état d'âme", il a assuré que "la mission d'un président de la République n'est ni d'être aimé, ni de ne pas être aimé, c'est d'essayer de faire bien pour son pays et d'agir".

Emmanuel Macron reconnait sa part de responsabilité dans le conflit social 

"Quand on arrive à une situation comme ça on a tous une part de responsabilité" et "j'ai ma part, je n'ai pas réussi à convaincre suffisamment, on n'a pas réussi à avoir un minium de consensus pour qu'il y ait plus de pacification". Mais "dire que la France ne serait pas une démocratie, je pense que c'est un excès de langage qui accroît nos difficultés collectivement" a-t-il affirmé.

Interrogé sur l'opportunité d'utiliser l'article 49-3 pour faire passer un texte sur l'immigration sans vote, il a assuré que la Première ministre Elisabeth Borne "va travailler avec ses ministres pour qu'il y ait un schéma". "Il est clair que sur ces sujets, on a besoin de bâtir une majorité, je pense qu'elle est trouvable", a-t-il ajouté. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.