"Il n'y a pas un euro des cotisations retraites qui servira à financer autre chose que les retraites", assure Olivier Dussopt

Le ministre du Travail défend la nécessité d'équilibrer le système des retraites pour "diminuer le déficit public" et dégager des marges de manœuvres "pour agir plus fortement ailleurs".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Olivier Dussopt, ministre du Travail, invité jeudi 6 octobre 2022 de France Inter. (FRANCEINTER / RADIO FRANCE)

"Il n'y a pas un euro des cotisations retraites qui servira à financer autre chose que les retraites", assure Olivier Dussopt, ministre du Travail, invité jeudi 6 octobre de France Inter. Il réagit aux propos de Gabriel Attal, ministre des Comptes publics, qui a indiqué - dans le Journal du Dimanche [article payant] - que la réforme des retraites était indispensable pour financer l'Éducation, revaloriser les salaires des enseignants et recruter des policiers et des gendarmes sans augmenter les impôts.

Alors que Gabriel Attal revendique ouvertement le principe de "travailler plus pour vivre mieux", une "vérité difficile à entendre", selon lui, Olivier Dussopt préfère parler d'une réalité "plus complexe que cela", sans donner tort à son collègue du gouvernement. Si on arrive à équilibrer le système des retraites, "on diminue le déficit public" et "ça nous donnera des marges de manœuvre pour agir plus fortement ailleurs", explique le ministre du Travail, qui rappelle que "le déficit des retraites participe au déficit public".

Olivier Dussopt, qui a lancé mercredi le premier round d'une concertation avec les partenaires sociaux, affirme que certains points sont ouverts à la discussion pour "faire la bonne réforme" des retraites, "l'améliorer", à condition de respecter un double objectif, "sa boussole" : "améliorer le système" et garantir son "équilibre financier" dans la durée en résorbant le déficit du système des retraites.

"Nous avons regardé le calendrier, nous avons échangé, chacun a pu dire ses points d'accord, ses points de désaccords, mais il n'y a pas eu de faux-semblant", estime Olivier Dussopt. Selon lui, tous ont affiché "une volonté de travailler là où on le peut" pour "trouver des points de convergence". "Nous allons commencer dès la semaine prochaine", ajoute le ministre du Travail, évoquant les thèmes de l'emploi des seniors, de l'usure professionnelle, des retraites minimales et des inégalités femmes-hommes.

Le ministre du Travail a par ailleurs rappelé l'engagement du gouvernement de ne pas augmenter la fiscalité, revendiquant d'avoir baissé les impôts "pour tout le monde, toutes les classes sociales et "pas seulement pour les plus riches".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme des retraites

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.