Retraites : la commission à l'Assemblée nationale ne peut achever ses travaux, une situation inédite

L'instance aura patiné durant neuf jours, dépassée par les 19 000 amendements déposés par les députés La France insoumise, dans une stratégie d'obstruction assumée. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Assemblée nationale à Paris, le 11 février 2020.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Enlisée dans des milliers d'amendements, la commission spéciale retraites à l'Assemblée a dû mettre fin à ses travaux sur le volet principal de la réforme, mardi 11 février au soir, sans parvenir à balayer l'ensemble du texte, une situation inédite.

Face à l'obstruction assumée des députés La France Insoumise qui avaient déposé 19 000 des quelque 22 000 amendements au programme, il est apparu rapidement clair qu'achever l'examen du projet de loi ordinaire serait impossible. Il restait encore 14 300 amendements au compteur mardi.

Le projet de loi arrivera donc dans l'hémicycle le 17 février dans la version initiale du gouvernement, sans les minces changements votés en commission. "C'est un constat que j'établis à regret, cela va sans dire", a reconnu la présidente de la commission Brigitte Bourguignon (LREM), tout en assurant que "le travail" accompli "ne restera[it] pas lettre morte". La commission va siéger un ultime jour mercredi pour examiner cette fois le volet organique de la réforme.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.