Retraite : le projet de réforme basé sur "des points, eux-mêmes basés sur des euros" angoisse les futurs pensionnés

Alors que la concertation sur les retraites reprend mercredi, des ateliers sont organisés en région par le Haut commissariat chargé de la réforme. Sur le terrain, comme à Toulon, de fortes inquiétudes s'expriment.  

Les syndicats sont à nouveau consultés le 10 octobre 2018 sur la réforme des retraites (illustration).
Les syndicats sont à nouveau consultés le 10 octobre 2018 sur la réforme des retraites (illustration). (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Les échanges entre les partenaires sociaux et le Haut commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, reprennent mercredi 10 octobre. Les syndicats attendent avant tout des précisions sur les intentions du gouvernement. L'inquiétude se manifeste aussi en région où des ateliers participatifs sont organisés. C'était le cas à Toulon le 5 octobre dernier.

Un avenir de retraité difficile à calculer

À l'heure d'un atelier sur le thème "Prendre sa retraite, à quel âge et à quelles conditions", des retraités protestent à l'extérieur de la salle toulonnaise, tandis que des participants à la consultation de terrain, voulue par le Haut commissariat, s'inquiètent. Les quadragénaires ont bien du mal à se projeter faute de détail sur le système à points, qui pourrait remplacer le calcul actuel à base de trimestres. "On ne sait pas vraiment comment ça va être calculé, donc forcément, c’est un peu difficile d’imaginer la retraite dans le nouveau système comparé à l’ancien", confie un participant. Un autre témoigne de son activité, comparée avec celle d'une connaissance. "Je suis juriste, j’ai un travail de bureau, je gagne bien ma vie. J’ai un ami maraîcher qui travaille deux fois plus que moi pour gagner quatre fois moins, constate-t-il. Le projet de réforme basé sur des points, eux-mêmes basés sur des euros, je ne trouve pas ça juste pour mon ami qui, toute sa vie, aura gagné moins."

Plus on est riche pendant qu’on est actif, plus on sera riche à la retraite.Un participant aux ateliers sur la retraiteà franceinfo

Cette réforme est-elle nécessaire ? Y aura-t-il des exceptions au sein d'un régime universel ? Les questions fusent mais les jeunes, les plus concernés, sont absents de ces ateliers à quelques exceptions près. "Je me demande si j’aurai une retraite", souffle l'une des rares participantes en début de carrière. "Et on va changer de président d’ici 40 ans. Ce ne sera plus M. Macron ! Alors j’aurai une autre réforme. Je pense déjà à mettre de côté pour ma propre retraite", poursuit-elle.

Le basculement vers un système à points redouté 

À l’extérieur de la salle, quelques militants de la CGT manifestent. L'un d'eux s'interroge sur les effets du système à points. "C’est très, très inquiétant. Si la valeur du point est trop faible, la seule solution sera soit de continuer à travailler, soit la pauvreté assurée si physiquement on n’est plus en capacité de travailler", pressent-il.

Se résigner à être pauvre n’est pas acceptable.Un militant CGT du Varà franceinfo

Pour le moment, la réforme provoque plus de peur que d’enthousiasme. Le gouvernement, qui défend un projet de société, devra argumenter...