Réforme des retraites : le gouvernement "s’expose à notre appel aux salariés de bloquer le pays", prévient Force ouvrière

Les syndicats entament mercredi avec le ministre du Travail les concertations sur le projet de loi de l'éxécutif. Force ouvrière demande l'abandon de la réforme et appelle à travailler sur le "maintien des séniors en emploi".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des manifestants brandissent des drapeaux du syndicat Force ouvrière, lors d'une manifestation contre la réforme des retraites en mars 2020 à Tours. Photo d'illustration. (THIBAULT JANDOT / HANS LUCAS)

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt consulte mercredi 5 octobre les partenaires sociaux pour présenter le calendrier et la méthode retenue par le gouvernement sur la réforme des retraites. Michel Beaugas, secrétaire confédéral de Force ouvrière appelle ce mardi sur franceinfo à "ne pas faire la réforme" et à travailler "sur le maintien des séniors en emploi plutôt que d’essayer de les faire travailler plus longtemps". Il prévient : "En cas de passage en force du gouvernement, il s’expose à notre appel aux salariés de bloquer le pays", prévient-il.

franceinfo : Qu'est-ce qui vous a décidé à venir à cette consultation ?

Michel Baugas : Cela fait longtemps que les organisations syndicales souhaitent travailler sur les fins de carrière, le maintien des séniors à l'emploi et la pénibilité au travail. La Première ministre a mis ces sujets sur la table, nous sommes prêts à en discuter.

Par contre nous le dirons au ministre du Travail demain : le corollaire de ces discussions des retraites ne peut pas être l'allongement des durées de cotisation ou le recul de l'âge de départ à la retraite.

Michel Baugas (FO)

à franceinfo

Ce sont les lignes rouges de Force ouvrière. D’autant plus qu’il y a des études économiques qui démontrent que si on maintient les séniors en emploi, le système des retraites sera équilibré et excédentaire à l’avenir, donc travaillons plutôt sur le maintien des séniors en emploi plutôt que d’essayer de les faire travailler plus longtemps.

L'objectif du gouvernement, c'est le départ à la retraite à 65 ans d'ici 2031. Si Olivier Dussopt vous le rappelle demain, qu'est-ce que vous faites ?

Attendons que la réunion se fasse. Je ne pense pas que nous aurons de grands débats demain. La réunion, c'est, 14h30-16h00, présentation de la méthode et du calendrier. On rentrera dans le vif du sujet dans des réunions futures. Donc je n'attends pas grand-chose de la réunion de demain sauf un calendrier et la méthode retenue par le gouvernement pour nous concerter. Le message est clair, non au départ à la retraite à 63, 64, 65 ans, non à une durée de cotisation qui puisse s’allonger.

D'autres syndicats annoncent "préparer la riposte" en cas de recul de l'âge légal de départ à la retraite. C'est-à-dire ?

Si le gouvernement cherche le rapport de force, les syndicats appelleront à la manifestation et à la grève. Nous sommes prêts. Si le gouvernement veut passer en force alors que demain nous lui rappellerons que tous les syndicats sont opposés à des mesures d'âge, il s'expose à notre appel aux salariés de bloquer le pays. Il ne faut pas faire cette réforme. Le système reste sur le long terme équilibré ou avec un déficit résorbable. Travaillons sur l'aménagement des fins de carrière et on verra qu'on pourra peut-être même revenir à une retraite à l'âge de 60 ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme des retraites

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.