Réforme des retraites : "Il s'agit de bâtir un nouveau système le plus adaptable au parcours de chacun", affirme Jean-Paul Delevoye

Le haut-commissaire à la réforme des retraites s'exprime pour la première fois ce jeudi dans une interview au "Parisien". 

Le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, à l\'Elysée, le 14 mai 2017.
Le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, à l'Elysée, le 14 mai 2017. (DENIS MEYER / HANS LUCAS / AFP)

Il donne, jeudi 31 mai, le coup d'envoi d'une vaste consultation auprès des Français sur la réforme des retraites. Le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, jusqu'alors silencieux sur le sujet, s'exprime dans les colonnes du Parisien.

"Notre méthode de dialogue basée sur l’intelligence collective consiste à permettre à chacun des acteurs de contribuer à la réflexion, explique-t-il à propos de cette participation citoyenne sur la future réforme. Nous menons des discussions pendant toute l’année 2018. C’est dans ce cadre que s’inscrit la consultation avec les citoyens." Concrètement, les internautes sont invités à se connecter à une plateforme qui "propose à chacun de réfléchir aux différents scénarios, aux enjeux de la mise en œuvre pratique du principe 'un euro cotisé = mêmes droits''

Un système par points pour tous

L'ancien ministre de la Fonction publique sous Jacques Chirac détaille également le système de retraite par points voulu par Emmanuel Macron. "Dans un monde qui bouge à toute vitesse, il s’agit de bâtir un nouveau système le plus adaptable au parcours de chacun. Le système par points permettra de le rendre plus lisible, plus juste et adapté à la société de demain", assure-t-il. 

"Le revenu donnera un droit à points, vous aurez une portabilité des droits quel que soit le type d’employeur et le secteur. L’objectif est qu’à carrière identique, revenu identique, la retraite soit identique", affirme Jean-Paul Delevoye. "Si nous pouvons bâtir un régime dans lequel sont englobés tous les salariés du privé et du public, en faisant en sorte que chacun ne se sente pas lésé, cela renforcera une solidarité et la solidité du système", conclut-il.