Réforme des retraites : "Il faut que l'exécutif sorte de l'ambiguïté, car ça ne sera pas tenable très longtemps", assure un député LREM

Benoît Simian estime nécessaire que l'exécutif fasse rapidement des annonces précises.

Le député La République en marche Benoît Simian, à l\'assemblée nationale, le 19 mars 2019.
Le député La République en marche Benoît Simian, à l'assemblée nationale, le 19 mars 2019. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

Alors que le gouvernement doit prendre la parole la semaine prochaine pour préciser son projet de réforme des retraites, "il faut que l'exécutif sorte de l'ambiguïté", a affirmé sur franceinfo vendredi 6 décembre Benoît Simian, député La République en marche (LREM) de Gironde et rapporteur du budget.

>> DIRECT - Perturbations dans les transports, évolution de la mobilisation... Suivez la grève du 6 décembre contre la réforme des retraites

"Si nous voulons sortir de façon rapide de cette situation, qui n'est pas tenable durablement, il faut amener des précisions sur telle ou telle catégorie professionnelle", a affirmé l'élu de la majorité.

Il n'est pas très sain de cacher la vérité aux Français, il faut du courage politique.Benoît Simian, député LREMà franceinfo

Mais le député est très clair : "Nous ne ferons pas l'économie d'un allongement de la durée de cotisation" à 65 ans, citant en exemple l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie. "Sinon, nous allons avoir quoi ? Des retraités avec des retraites quasi indécentes", a assuré Benoît Simian. Le député ose une critique du gouvernement à peine déguisée : "Ce n'est pas par plaisir qu'on se lance, quand on est aux responsabilités, dans ce type de réforme. Le seul objectif, c'est de sauver ce système de répartition", a-t-il affirmé.

Le député estime qu'une grève longue "coûte écologiquement et économiquement. Nos concitoyens n'en peuvent plus. Donc maintenant, il faut des annonces. Tout le monde est prêt à la réforme. Il y a la majorité silencieuse qui soutient cette réforme. Donc, il faut lui amener des garanties et répondre à cette anxiété qui s'est manifestée jeudi très largement dans la rue".

Une réunion est prévue lundi entre les partenaires sociaux et le gouvernement. Est-ce l'occasion de lâcher du lest ? "Il ne faut pas de renoncement tant d'un côté que de l'autre, mais il faut des concessions réciproques", a conclu Benoît Simian.