Réforme des retraites : "Emmanuel Macron n'ouvre aucune porte à la concertation", dénonce la secrétaire confédérale de la CGT

Emmanuel Macron a évoqué mercredi soir les sujets de politique intérieure pendant plus d'une heure sur France 2. Il s'est une nouvelle fois prononcé pour une réforme des retraites repoussant l'âge légal de départ à 64 ou 65 ans.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République Emmanuel Macron sur le plateau de l'émission "L'Événement" sur France 2 le 26 octobre pour débattre sur les sujets intérieurs. (MOURAD ALLILI / MAXPPP)

"Emmanuel Macron n'ouvre aucune porte à la concertation, au contraire il a fermé toutes les portes", a réagi mercredi 26 octobre sur franceinfo Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT, après l'interview d'Emmanuel Macron sur France 2. Le président de la République s'est une nouvelle fois prononcé pour une réforme des retraites repoussant l'âge légal de départ à 64 ou 65 ans.

>> Inflation, retraites, 49.3... Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Emmanuel Macron dans "L'Evénement", sur France 2

"On peut trouver de nouvelles recettes au financement des retraites sans obliger les travailleurs à travailler plus longtemps, assure la syndicaliste. Emmanuel Macron oublie certaines autres options comme il le fait depuis trop longtemps. Pour lui, la seule solution, c'est de travailler plus tard". Céline Verzeletti cite notamment "l'augmentation du Smic" ou "la fin de l'exonération des cotisations sociales" afin de trouver des financements aux retraites.

"Notre revendication, c'est de revenir à l'âge de départ à 60 ans, avec une durée de cotisation qui soit plus basse que celle qui est actuellement."

Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT

à franceinfo

"Il me semblait qu'Emmanuel Macron avait dit qu'il concerterait les organisations syndicales et qu'il serait plus à l'écoute. Ce n'est pas du tout ce qu'il fait puisque là, il est en train de nous décrire une réforme assez détaillée", dénonce-t-elle. "Cela veut dire qu'il n'est pas du tout prêt à consulter, concerter. Il n'est pas du tout prêt à entendre les préoccupations et les attentes des salariés".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme des retraites 2023

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.