Réforme des retraites : Édouard Philippe dévoile son plan

Si vous avez 45 ans ou plus, vous n'êtes pas concerné par la réforme des retraites. Pour les autres, elle commence en 2022. Édouard Philippe a présenté son système universel à points à la mi-journée, mercredi 11 décembre, dont il retarde par ailleurs l'entrée en vigueur. 

FRANCE 2

Après 18 mois de concertations, le vrai visage du nouveau système des retraites se dessine : les 42 régimes vont fusionner en un seul. Jusque là, on cotisait par trimestres ; désormais, ce sera par points. Dès 2022, les jeunes nés à partir de 2004 entreront directement dans ce système à points. Cette même année sera mise en place une retraite minimum de 1 000 euros par mois. En 2025, tous les actifs nés en 1975 et après cotiseront à leur tour dans le système par points. Les droits acquis dans l'ancien régime seront conservés à 100%.

Un calendrier législatif très serré

Concernant le sort réservé aux régimes spéciaux, Édouard Philippe se veut ferme sur l'objectif, mais souple sur la transition. Le Premier ministre donne un délai : pour ceux qui devaient partir en retraite à 57 ans, le régime universel s'appliquera aux agents nés à partir de 1980. Pour ceux qui devaient partir à 52 ans, le nouveau système s'appliquera aux agents nés après 1985. S'agissant du calendrier législatif, le gouvernement veut aller vite : la loi doit être présentée en Conseil des ministres le 22 janvier, avant d'être examinée au Parlement fin février, puis définitivement adoptée l'été prochain. Mais les retraites resteront au cœur du débat politique bien au-delà de ces échéances, jusqu'à la prochaine présidentielle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre, Edouard Philippe, le 11 décembre 2019, lors de la présentation de la réforme des retraites devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese) à Paris.
Le Premier ministre, Edouard Philippe, le 11 décembre 2019, lors de la présentation de la réforme des retraites devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese) à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)