Cet article date de plus d'un an.

Réforme des retraites : 17 enquêtes ouvertes à l'IGPN depuis le début des manifestations

Les saisines se sont récemment accélérées, notamment depuis le recours à l'article 49.3, le 16 mars, et le début des manifestations non déclarées à Paris et dans plusieurs régions.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une unité de la BRAV-M lors d'une manifestation contre la réforme des retraites, le 18 mars 2023, à Paris. (MARTIN NODA / HANS LUCAS / AFP)

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie de 17 enquêtes judiciaires depuis la première journée nationale de mobilisation contre la réforme des retraites en janvier, a annoncé dimanche 26 mars sa directrice. "Depuis le 19 janvier (...) nous avons eu 17 procédures judiciaires", a déclaré sur BFMTV Agnès Thibault-Lecuivre, précisant que "ce chiffre est par définition évolutif".

Vendredi, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait révélé que onze enquêtes IGPN avaient ouvertes "depuis une semaine". Cela signe donc une accélération récente des saisines, notamment depuis le 16 mars et le début des manifestations sauvages à Paris et dans plusieurs régions, en réaction au recours à l'article 49.3 de la Constitution pour faire adopter la réforme.

Des abus "destructeurs"

"Il y a eu un changement de nature, d'individus particulièrement radicalisés qui n'étaient pas sur les premières journées nationales d'action", a argumenté la cheffe de l'IGPN. "De facto, ce changement de nature, ce changement d'atmosphère, cette radicalisation, nous la retrouvons dans nos saisines", a ajouté la magistrate de formation.

>> Enregistrement de policiers de la Brav-M : ce que l'on sait de l'interpellation durant laquelle des manifestants ont été insultés et menacés

Au sujet des propos menaçants et humiliants de policiers, attribués à des membres de l'unité décriée de la BRAV-M, envers de jeunes manifestants et révélés dans un enregistrement audio, Agnès Thibault-Lecuivre s'est dite "comme citoyenne, terriblement choquée". "Ces abus sont destructeurs pour l'institution Police nationale" et "jette l'opprobre sur l'ensemble des autres services et policiers de terrain qui eux sont exemplaires", a-t-elle regretté. Une enquête administrative, sur saisine du préfet de police Laurent Nuñez, et une enquête judiciaire, après un signalement adressé samedi au parquet de Paris, ont été ouvertes à l'IGPN sur cette affaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.