Que pensent les grévistes du retrait provisoire de l'âge pivot ?

À la suite de l'annonce d'Édouard Philippe concernant le retrait provisoire de l'âge pivot dans la réforme des retraites le 11 janvier, les grévistes étaient encore dans les rues. Mais que pensent-ils vraiment ? Explications

franceinfo

Ils étaient en train de défiler quand l'annonce est tombée. Ce samedi 11 janvier, en pleine manifestation contre la réforme des retraites, Édouard Philippe a annoncé aux syndicats le retrait provisoire de l'âge pivot. Une annonce qui ne passe toujours pas auprès de certains grévistes : "Le problème c'est que ça va diviser le front syndical avec les réformateurs. Mais nous, la retraite à points on n'en veut pas !", scande l'un d'entre eux dans le cortège.

Des syndicats divisés


Alors que l'annonce devrait donner du mou au gouvernement, chez le syndicat SUD Rail, les grévistes se disent prêts à poursuivre la grève. Fabien Villedieu, le porte-parole s'explique : "C'est un recul arraché par les grévistes. Et je peux vous dire que les grévistes sont "reboostés". C'est un encouragement pour nous à continuer." En revanche, du côté de la CDFT de Marseille (Bouches-du-Rhône) pour qui l'âge pivot était une ligne rouge, on affiche un sentiment de soulagement : "On peut dire qu'on est plutôt satisfait du pas en avant du Premier ministre, mais maintenant, il faut rester vigilant", annonce le secrétaire départemental Cyril Jouan. Pour eux, le retrait de l'âge d'équilibre va permettre de poursuivre les négociations sur le reste de la réforme.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des grévistes de la SNCF à la gare de Lyon, à Paris, mardi 7 janvier 2020.
Des grévistes de la SNCF à la gare de Lyon, à Paris, mardi 7 janvier 2020. (SAMUEL BOIVIN / AFP)