Cet article date de plus d'un an.

Mairie de Bordeaux incendiée : un individu mis en examen pour "incendie volontaire"

Une personne a été mise en examen pour "incendie volontaire" après l'incendie de la porte de la mairie de Bordeaux jeudi soir lors d'une manifestation contre la réforme des retraites.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La porte de la mairie de Bordeaux a été incendiée jeudi 23 mars en marge d'un rassemblement contre la réforme des retraites. (THIERRY DAVID / MAXPPP)

Après l'incendie de la porte de la mairie de Bordeaux jeudi 23 mars, en marge du rassemblement contre la réforme des retraites, la garde à vue des cinq individus mis en cause dans ce dossier a été levée, précise, ce samedi, le parquet de Bordeaux, dans un communiqué. Les cinq personnes ont été déférées au parquet ce samedi. L'une a été mise en examen pour "incendie volontaire", les quatre autres pour "participation à un attroupement armé"

>> La porte de la mairie de Bordeaux incendiée : le maire Pierre Hurmic réclame "des décisions pour éviter que le pays ne s'embrase"

Concernant l'individu accusé d'avoir volontairement mis le feu au portail en bois, une information judiciaire pour "dégradation de bien par un moyen dangereux" a été ouverte. Ce dernier a été mis en examen pour "incendie volontaire". Et le parquet a requis son placement en détention provisoire. Il va prochainement comparaître devant le juge des libertés et de la détention.

Placement en détention provisoire requis par le parquet pour trois autres personnes

Concernant les quatre autres personnes, trois majeures et une mineure, poursuivies, elles, pour attroupement avec arme non autorisé, le parquet a également requis pour les personnes majeures leur placement en détention provisoire avec mandat de dépôt et demandé à ce qu'elles comparaissent devant le tribunal correctionnel de Bordeaux, dès lundi.

Quant au mineur, il a également été déféré dans le but d'être jugé devant le tribunal pour enfants. Le parquet requiert là encore son placement sous contrôle judiciaire, avec notamment obligation d’être placé dans un centre éducatif fermé. L’audience du tribunal pour enfants a été fixée au 11 mai prochain. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.