Cet article date de plus d'un an.

Emmanuel Macron "à disposition de l'intersyndicale" : "S'il nous dit qu'il nous reçoit sur des sujets annexes, nous ne souhaitons pas y aller", répond la FSU

Bruno Teste, voit dans cette déclaration du président de la République "de la manipulation, du calcul politique". Il appelle le chef de l'Etat "à arrêter de jouer".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse après un Conseil européen à Bruxelles, le 24 mars 2023. (DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY)

"S'il nous dit qu'il nous reçoit sur des sujets annexes, nous ne souhaitons pas y aller", a indiqué vendredi 24 mars sur franceinfo Benoît Teste, secrétaire général de la FSU, en réponse à Emmanuel Macron. En déplacement à Bruxelles lors d'un Conseil européen, le président de la République s'est dit "à disposition de l'intersyndicale" une fois que le Conseil constitutionnel aura rendu sa décision sur la réforme des retraites.

>> Suivez en direct la mobilisation et les débats sur la réforme des retraites

Le chef de l'Etat a précisé qu'il était prêt à parler usure professionnelle, fins de carrière, reconversions, évolution des carrières, ou encore conditions de travail. "Nous n'irons pas parler d'autre chose que ce qui est demandé par les gens", précise Benoît Teste, "durée de cotisation et report de l'âge légal, ce sont les deux principales revendications qui sont portées depuis maintenant longtemps dans la rue, dans les grèves, dans les actions", rappelle le syndicaliste.

"De la manipulation et du calcul politique" 

La proposition du président de la République de recevoir les syndicats est "quand même tordue", juge le secrétaire général de la FSU. "C'est le même qui nous disait il y a quelques jours qu'il ne nous recevrait pas." Il rappelle qu'il y a "un pays en ébullition" et que le chef de l'Etat explique, "sur tous ces sujets-là que vous portez, c'est impossible de parler et donc je vais faire diversion et je vais vous recevoir sur autre chose".

"C'est évidemment se moquer du monde que de nous dire ça. En tout cas, ça nous met encore plus en colère finalement que ce qu'on était avant".

Bruno Teste, secrétaire général de la FSU

à franceinfo

Le secrétaire général de la FSU dénonce "de la manipulation, du calcul politique" de la part d'Emmanuel Macron. "Il n'y a pas de respect derrière ça, du dialogue social." "On est très en colère de la manière dont les choses sont présentées aujourd'hui. Parce qu'Emmanuel Macron continue à jouer et il nous semble qu'il faut arrêter de jouer", ajoute Benoît Teste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.