Réforme des retraites : revenir sur l'âge légal de départ à 64 ans "serait renoncer au retour à l'équilibre" du système, selon le ministre du Travail

A l'issue de la présentation du projet de loi en Conseil des ministres, lundi, Olivier Dussopt a affirmé que les mesures du texte "sont celles qui permettent de ramener le système à l'équilibre en 2030".

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, s\'exprime sur le projet de réforme des retraites, lors d\'un point-presse à la sortie du Conseil des ministres, le 23 janvier 2023.
Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, s'exprime sur le projet de réforme des retraites, lors d'un point-presse à la sortie du Conseil des ministres, le 23 janvier 2023. (LUDOVIC MARIN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Olivier Dussopt ferme la porte à un recul du gouvernement sur le report de l'âge légal de départ à la retraite à 64 ans. Après avoir présenté le projet de réforme des retraites en Conseil des ministres, lundi 23 janvier, le ministre du Travail a jugé que "revenir sur ce point serait renoncer au retour à l'équilibre du système". "Les mesures d'âge que nous prenons", dont le relèvement de l'âge légal et l'accélération de l'allongement de la durée de cotisation, "sont celles qui permettent de ramener le système à l'équilibre en 2030", a fait valoir le ministre lors du compte rendu du Conseil des ministres. Ce direct est désormais terminé.

Des sanctions en cas de non-publication de l'index seniors. Olivier Dussopt a également confirmé que le fait de ne pas publier "l'index sur l'emploi des seniors" dans les entreprises de plus de 300 salariés serait sanctionné. Cet index, qui sera créé "d'ici fin 2023", vise à "mesurer l'implication des entreprises de plus de 300 salariés pour la formation, le maintien et le recrutement de salariés considérés comme seniors", a détaillé le ministre.

Un calendrier chargé. La présentation de la réforme a lieu après la première journée de grèves et manifestations, qui a réuni jeudi entre un et deux millions de personnes dans la rue, et avant la prochaine, prévue le 31 janvier. Ensuite, le texte doit être examiné à partir du 6 février à l'Assemblée, pour une durée qui ne pourra pas excéder 50 jours et une entrée en vigueur du projet à l'été.

Un projet de loi qui ne bougera plus avant son arrivée à l'Assemblée. Lors d'une conférence de presse, dimanche, Emmanuel Macron a rappelé avoir été élu avec un "mandat" pour reculer l'âge "à 65 ans à l'horizon 2031". Il a révélé que ce serait seulement pendant le débat parlementaire que des "aménagements" seraient possibles, d'après les informations de Matignon obtenues par franceinfo.

Le report de l'âge légal de départ à la retraite contesté. Le recul de 62 à 64 ans de l'âge légal de départ à la retraite, mesure-phare de la réforme, est rejeté par les syndicats unanimes, ainsi que par l'essentiel des oppositions et, selon les sondages, une grande majorité des Français.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #RETRAITES

22h59 : Mais pas seulement. Car la modification du régime d'assurance chômage des saisonniers a entraîné leur précarisation. "Nous n'arrivons plus à recruter, tellement cette réforme" les a pénalisés, a déploré Eric Becker, secrétaire général FO des remontées mécaniques et saisonniers.

22h58 : Un préavis de grève illimité a été déposé par les deux principaux syndicats de salariés des remontées mécaniques, Force ouvrière (FO) et la CGT, pour la journée du mardi 31 janvier. Et ce pour protester contre le projet de réforme des retraites.

20h16 : Il est 20 heures passées de quelques minutes, voici notre point sur l'actualité :

• La France renonce aux néonicotinoïdes, ces insecticides utilisés pour les semences de betterave, a annoncé le ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau.

• Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a longuement défendu devant la presse son projet de réforme des retraites à l'issue du Conseil des ministres : "Revenir sur [l'âge de départ à 64 ans] serait renoncer au retour à l'équilibre du système."

• La mère des deux bébés retrouvés morts dans une valise au début du mois à Rumilly (Haute-Savoie) a été mise en examen pour meurrtre, selon France 3 Rhône-Alpes.

• Un choc entre Marseille et Paris en huitièmes de finale de la Coupe de France ? L'OM affrontera en effet le vainqueur du match Pays de Cassel-PSG qui se déroule ce soir au stade Bollaert. Vous pourrez suivre la rencontre en direct à partir de 20h45.

18h18 : Il est 18 heures ! Faisons le point sur l'actualité de ce lundi soir.

Plusieurs centaines de boulangers ont battu le pavé dans les rues de la capitale pour demander un coup de pouce du gouvernement face à la flambée de leurs factures d'énergie. Une délégation est actuellement reçue à Bercy.

La réunion au sommet entre Nicolas Mayer-Rossignol et Olivier Faure pour trouver une solution à la crise que traverse le PS n'a pas abouti. Le challenger battu affirme avoir refusé la tête de liste aux européennes.

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a longuement défendu devant la presse son projet de réforme des retraites à l'issue du Conseil des ministres : "Revenir sur [l'âge de départ à 64 ans] serait renoncer au retour à l'équilibre du système."

La Pologne annonce qu'elle va demander à l'Allemagne son accord pour livrer des chars Leopard à l'Ukraine.

17h00 : Pour accompagner votre goûter devant la tirade d'Olivier Dussopt devant les députés, vous prendrez bien un résumé de l'étude d'impact du gouvernement sur les niveaux de pensions et les femmes ? C'est à lire ici.

16h45 : Olivier Dussopt passe sur le grill des députés de la commission des Affaires sociales. Pour les plus motivés d'entre vous, c'est visible sur le site de LCP.

15h53 : 📅 #RéformeDesRetraitesAudition d'Olivier Dussopt, ministre du travail, du plein emploi et de l’insertion sur le projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023.⏰ A suivre sur ce compte à 16h30.#DirectAN

15h53 : Avis au fan-club d'Olivier Dussopt (et à ceux qui veulent en savoir plus sur la réforme des retraites). Le ministre du Travail va passer d'ici une grosse demi-heure devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale.

15h41 : Nous ne le qualifions pas de journaliste, car il ne l'est pas. L'homme a ainsi expliqué à Libération "avoir toujours pour habitude d'avoir sa caméra sur [lui]" mais ça n'en fait pas un journaliste pour autant.

15h36 : Bonjour. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi vous titrez "un manifestant", quand d'autres journaux titrent " Un photographe espagnol /un journaliste espagnol". Pouvez-vous expliquer pourquoi vous prenez ce parti ?

14h57 : Le texte du projet de loi de la réforme des retraites sera examiné dans quinze jours à l'Assemblée. Dans notre grande bonté, on vous a aussi préparé un petit résumé de ce que pense chaque parti du texte.




(XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

14h57 : La réforme des retraites va pousser 50 000 personnes à "décaler leur départ" cette année, estime le Haut conseil des finances publiques. Si vous n'avez pas le temps de lire les 19 pages un chouïa jargonneuses du texte, on vous en a concocté un résumé ici.

14h15 : Ne serait-il pas l'heure d'un petit point sur l'actu à l'heure de la digestion ?

Le ministre du Travail Olivier Dussopt a longuement défendu devant la presse son projet de réforme des retraites à l'issue du Conseil des ministres : "revenir sur [l'âge de départ à 64 ans] serait renoncer au retour à l'équilibre du système."

L'IGPN est saisie de l'enquête sur l'incident qui a provoqué l'amputation d'un testicule d'un manifestant participant au cortège parisien de jeudi dernier.

La Pologne annonce qu'elle va demander à l'Allemagne son accord pour livrer des chars Leopard à l'Ukraine.

Fumée blanche ou guerre des roses ? Les deux finalistes de l'élection interne au PS, Olivier Faure et Nicolas Mayer-Rossignol, qui revendiquent tous les deux la victoire, vont se rencontrer cet après-midi.

13h40 : Une plainte, avec constitution de partie civile, va être déposée dans les prochains jours pour violence volontaire ayant entraîné mutilation par personne dépositaire de l’autorité publique, avait annoncé hier soir Me Lucie Simon, l'avocate du jeune homme, sur notre antenne. Cette infraction est passible de 15 ans de réclusion criminelle.

13h14 : L'IGPN a ouvert une enquête du chef de violences par personne dépositaire de l'autorité publique après l'incident de la manifestation de jeudi dernier, a appris franceinfo auprès du parquet de Paris. Un homme de 26 ans avait dû être amputé d'un testicule après avoir été frappé par un policier.

13h01 : @De l'argent pour ce qu'on veu Alors ce n'est pas tout à fait la même problématique. L'idée défendue par le gouvernement, c'est de faire une réforme pour que le système de retraites marche tout seul sans creuser de déficit (en théorie). En revanche, la hausse du budget des Armées est étalée sur six ans et sera en partie financée par des "cessions d'infrastructures", a expliqué le chef de l'Etat sans entrer dans les détails. La philosophie de cette montée en gamme, selon lui : "Nous ne devons pas faire pareil avec plus mais faire mieux".

13h01 : Bonjour et merci pour votre travail. Le gouvernement n'a-t-il pas évoqué comment il trouvait 400 milliards pour La Défense mais pas 18 pour les retraites ? De plus, a-t-il été envisagé de rétablir les cotisations sociales pour les heures supplémentaires ? Cela ne permettrait-il pas de combler ce prétendu déficit ?

12h46 : Vous faisiez cuire un risotto pendant la loooooongue conférence de presse d'Olivier Dussopt à l'issue du Conseil des ministres ? Et hop, voici un petit condensé de ses propos al dente :

• Argument n°1 : la réforme va permettre de rétablir l'équilibre budgétaire du financement des retraites, selon lui, avec 18 milliards d'économies d'ici à 2030. "Elles sont tout à fait fondamentales", martèle-t-il.

• La négociation, ça n'est pas gagné. Olivier Dussopt a convenu que le gouvernement a "un désaccord avec les organisations syndicales", qui sont elles vent debout contre toute mesure relative à l'âge légal.

• Il a détaillé le mécanisme pour relever la pension minimum à 1 200 euros brut pour une carrière complète, qui doit profiter à 1,8 million de retraités actuels et environ 200 000 nouveaux retraités chaque année.

12h27 : Vous êtes une femme salariée d'une entreprise, vous avez commencé à travailler après 20 ans, vous avez eu des enfants. Vous craignez d'être pénalisée par le projet de réforme des retraites ? Votre témoignage nous intéresse pour le journal de 20 heures de France 2 ce soir. N'hésitez pas à nous écrire à maeva.damoy[a]francetv.fr. Merci beaucoup !

12h02 : Au sujet des retraités qui auront le droit à une revalorisation de leur pension minimale, le ministre du Travail a précisé que 1, 8 million de retraités actuels seraient concernés.

12h03 : Il est midi, voici un nouveau point sur l'actualité :

Revenir sur les 64 ans "serait renoncer au retour à l'équilibre" du système, estime Olivier Dussopt. Le ministre du Travail s'exprime à la sortie du Conseil des ministres, durant lequel le projet de réforme vient d'être présenté. Suivez notre direct.

Au sujet de l'emploi des séniors, Olivier Dussopt a rappelé la création d'un index sur l'emploi des séniors, qui permettra de mesurer l'implication des entreprises de plus de 300 salariés dans le recrutement et le maintien dans l'emploi et la formation des séniors. "Le non-respect" de la publication de cet index "sera accompagné d'une sanction financière", ajoute le ministre.


"Je n'ai aucun doute. Il y a un résultat qui est incontestable", affirme ce matin sur franceinfo Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, réélu pour un nouveau mandat. Nicolas Mayer-Rossignol, continue de contester les résultats du vote et dénonce des "pratiques qui relèvent de la fraude".

Les deux policiers qui ont fait usage de leur arme, durant la soirée d'hier dans le 11e arrondissement de Paris, près de la place de la République, sont en garde à vue depuis hier soir à l'IGPN, a appris franceinfo de source proche du dossier.

11h50 : Revenir sur les 64 ans "serait renoncer au retour à l'équilibre" du système, estime Olivier Dussopt.

11h45 : Emploi des séniors : Olivier Dussopt a rappelé la création d'un index pour mesurer l'implication des entreprises de plus de 300 salariés dans leur recrutement, leur maintien dans l'emploi et la formation. "Le non respect" de sa publicité "sera accompagné d'une sanction". https://t.co/XZO1YcVQyW

11h50 : Au sujet de l'emploi des séniors, Olivier Dussopt a rappelé la création d'un index sur l'emploi des séniors, qui permettra de mesurer l'implication des entreprises de plus de 300 salariés dans le recrutement et le maintien dans l'emploi et la formation des séniors. "Le non-respect" de la publicité de cet index "sera accompagné d'une sanction financière", ajoute le ministre.

11h48 : Le ministre insiste également sur une amélioration de la prise en compte de la pénibilité. "Nous allons mieux tenir compte" du cas des personnes exposées à plusieurs facteurs de pénibilité, a-t-il affirmé. L'obtention de points sera facilitée dans cette situation, a-t-il ajouté.

11h31 : "Nous voulons tenir compte des entrées précoces dans le monde du travail."


Certaines dispositions pour les carrières longues ne figureront pas dans le texte, précise-t-il, car il s'agit de dispositions "réglementaires".

11h31 : Olivier Dussopt affirme que le texte a été "enrichi" ces derniers mois. "Nous allons faciliter les départs anticipés", a notamment affirmé le ministre, en précisant notamment que 100 000 départs par an seront maintenus.

11h25 : Le ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion Olivier Dussopt s'exprime à la suite du Conseil des ministres, durant lequel le texte de réforme vient d'être présenté.

10h35 : Pour le secrétaire général de Renaissance, Stéphane Séjourné, il est "indéniable" que la première mobilisation contre la réforme a été suivie, mais c'est maintenant "le temps du Parlement" qui "est aussi un droit démocratique". Le texte doit être présenté en Conseil des ministres ce matin.

(CAPTURE D'ECRAN)

09h23 : Des difficultés techniques risquent de compliquer l'application de la pension minimale à 1 200 euros, promise par le gouvernement, a appris franceinfo. C'est pourtant l'une des mesures clés de l'exécutif pour faire passer son texte. On vous en dit plus. Le ministre du travail Olivier Dussopt en conférence de presse à Paris sur le projet de réforme des retraites, le 10 janvier 2023. (BERTRAND GUAY / POOL / AFP POOL)(BERTRAND GUAY / POOL / AFP)

08h50 : De son côté, la députée Marine Le Pen explique pourquoi elle ne descend pas dans la rue pour contester le projet de loi de réforme du gouvernement. "Chacun doit courir dans son couloir", affirme-t-elle sur BFMTV.

08h43 : La pénibilité, les égoutiers la vivent au quotidien. Particulièrement concernés par la réforme, ils vont devoir travailler deux ans de plus avec la réforme. A quelques heures de la présentation du texte en Conseil des ministres, notre journaliste Louise Buyens a recueilli leurs témoignages. Illustration d'un égoutier dans le réseau francilien, à Maisons-Alfort, en juillet 2022. (DELPHINE GOLDSZTEJN / MAXPPP)(MAXPPP)

08h38 : "Le projet de loi que je vais présenter tout à l'heure répond" aux inquiétudes de la population, a assuré Olivier Dussopt, "notamment sur la prise en compte de la pénibilité, sur la prise en compte des carrières longues".

08h32 : "Il faut rappeler aux Français que revenir à la retraite à 60 ans, ce sont 85 milliards d'euros par an."

Le ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion s'exprime sur CNEWS sur le texte de réforme, qui doit être présenté en Conseil des ministres dans la journée. Selon lui, "le projet de loi a beaucoup évolué".

07h47 : Le texte de la réforme des retraites, qui est présenté aujourd'hui en Conseil des ministres par Elisabeth Borne, n'évoluera pas avant son arrivée au Parlement lundi 30 janvier, a appris franceinfo auprès de Matignon. Emmanuel Macron a affirmé hier "souhaiter" que le gouvernement et le Parlement puissent "aménager" sa réforme. Emmanuel Macron à l'Elysée, le 22 janvier 2023. (BENOIT TESSIER / POOL / REUTERS POOL / MAXPPP) (MAXPPP)

08h22 : C'est l'heure de notre revue de presse quotidienne. A quelques heures de la présentation du projet de loi de réforme du gouvernement en Conseil des ministres, Les Echos et Libération consacrent leur une aux effets du texte. Qui sont les perdants de la réforme ? Ils et elles prennent la parole dans Libération.

(LIBERATION)

(LES ECHOS)