Rana Plaza : trois associations françaises attaquent Auchan

Un an après l'effondrement de l'immeuble du Rana Plaza, une catastrophe qui a coûté la vie à 1138 personnes, les associations Sherpa, Peuples Solidaires et le Collectif Ethique sur l'étiquette ont porté plainte contre Auchan.

(Pascal Rossignol Reuters)

C'est la première plainte qui est déposée en Europe dans l'affaire du Rana Plaza. Et c'est la première fois qu'une enseigne européenne de la grande distribution est mise en cause insistent les associations à l'origine de cette action en justice.

Si Sherpa, Peuples Solidaires et le Collectif Ethique sur l'étiquette ont décidé de cibler Auchan, c'est parce que ce groupe est lié à la catastrophe. Des étiquettes d'In extenso, sa marque de vêtements bon marché ont notamment été retrouvées dans les débris de l'immeuble. Elles accusent aussi Auchan "qui ne cesse de mettre en avant sa prétendue ignorance des pratiques existant au Bangladesh" d'avoir "en réalité fermé les yeux sur les conditions de sécurité désastreuses auxquelles étaient exposées les petites mains qui fabriquaient ses vêtements." Et elles dénoncent une "pratique commerciale trompeuse". 

A LIRE AUSSI  ►►► Textile : un an après le drame du Rana Plaza, peu de progrès

Manifestation dans Paris pour une loi

Et dans le même temps, les associations à l'origine de cette plainte organisaient une manifestation dans Paris, devant le ministère de l'Economie. Elles veulent que les leçons de l'affaire du Rana Plaza soient tirées dans une loi. Une proposition de loi sur le devoir de vigilance des sociétés-mères et des entreprises donneuses d'ordre est d'ailleurs prête, depuis plusieurs mois Elle est signée notamment par le député socialiste Philippe Noguès. Un texte soutenu par les syndicats mais critiqué par les entreprises. Et entre les deux le gouvernement tergiverse...